Paris Match Belgique

Blessée par un portrait dans la presse, Kate contre-attaque

Kate Middleton

Aux oubliettes, la devise royale du "never complain, never explain". | © Aamir QURESHI / AFP.

People et royauté

La duchesse et le duc de Cambridge ont pris des mesures légales contre le portrait de Kate dressé par le magazine de Tatler.

D’après un article Paris Match France de Clément Mathieu

Aux oubliettes, la devise royale du « never complain, never explain ». Des années durant, Kate a encaissé en silence, mais ce portrait d’elle dressé par Tatler, c’est trop. Le communiqué de Kensington avait déjà étonné les observateurs par sa virulence. Les dernières mesures prises par les Cambridge trahissent toute l’étendue de leur colère. Le duc et la duchesse ont envoyé une lettre de mise en demeure au très chic magazine britannique, lui intimant de retirer l’article de son site web. Comme le souligne le Mail on Sunday qui a révélé l’information, cet avertissement de Kate et William, qui pourrait précéder une action en justice, est un geste particulièrement inhabituel dans la famille royale.

Lire aussi > Kate Middleton : Même confinée, ses looks à petit prix continuent d’inspirer la Toile

Ce portrait, signé Anne Pasternak (petite-nièce de Boris), prétend révéler les conséquences pour la duchesse du psychodrame autour de Meghan et Harry. Selon l’article, Kate est « furieuse », se sentant « piégée » par « la masse de travail » supplémentaire de représentation de la Couronne, causée par le départ fracassant des Sussex. Deux « égoïstes », jugerait-elle. « William et Catherine voulaient être des parents très présents, et les Sussex ont balancé tout ça à l’eau », à en croire les sources de Tatler, soi-disant proches du couple. Suite à la crise, Kate serait « exténuée », et de cet épuisement, l’article dresse un parallèle douteux entre sa minceur et l’anorexie dont souffrait Diana…

« 

Mépris de classe

« 

« C’est une attaque extrêmement cruelle et blessant. C’est dégoûtant. C’est sexiste, l’humiliation de la femme à son paroxysme », estime la source royale du Mail on Sunday. D’autant que la supposée surcharge laisse perplexe. Selon l’édition dominical du Daily Mail, les circulaires royales montrent que le couple Cambridge n’a pas honoré beaucoup plus de rendez-vous publics lors du premier trimestre de cette année : 35 contre 29 de janvier à fin mars 2019. On est loin de « l’emploi du temps de PDG » évoqué par l’article…

Lire aussi > Kate et Meghan : Comment une folle histoire de collants a fait éclater leur relation

Si Kate n’a pas apprécié que l’on évoque l’éducation de ses enfants, ce sont les remarques sur sa famille qui semble avoir choqué le plus la duchesse. Car, pêle-mêle, l’article de Tatler explique aussi que sa mère, Carole Middleton, serait « terriblement hautaine ». Elle aurait une emprise énorme sur le couple mais William en serait fou. Une « obsession » même, au point d’en faire une mère de substitution. Pippa aussi en prend pour son grade : la soeur de Kate la joue royale mais « en fait trop », et « ne sait plus où elle en est ».

« Tout ça, c’est du mépris de classe. Ce truc sur Pippa, c’est horrible. Tatler peut se croire à l’abri des répercussions, parce que le magazine est lu par la famille royale, parce qu’il est sur la table basse de toutes les bonnes familles, mais il n’y a aucune différence », souligne le confident royal, qui voit bien l’ironie de cette bataille entre la firme et la grande gazette de la gentry.

CIM Internet