Paris Match Belgique

Meghan Markle victime de racisme : Une vidéo-choc refait surface

Meghan Markle en 2015. | © IMAGO

People et royauté

L’ancienne actrice taclait le racisme ordinaire dans cette vidéo datant de 2012.

« Le silence n’est pas une option. » Le 1er juin, alors que la mort injuste de George Floyd indigne le monde, la voix de la famille royale s’élevait contre le racisme sur les réseaux sociaux. « Nous avons tous le pouvoir d’opérer un changement positif. Il est temps de prendre la parole et d’élever la voix« , pouvait-on lire sur le compte de la Commonwealth Trust dont Elizabeth II, Harry et Meghan sont les ambassadeurs. Et cette dernière a dû faire face au racisme ordinaire dès son plus jeune âge. C’est ce qu’elle expliquait en détail dans une vidéo tournée en 2012 qui fait de nouveau le tour du web.

« Je suis très fière d’où je viens »

« Je suis biraciale. La plupart des gens ne peuvent pas dire quel est mon métissage et pendant tellement de temps dans ma vie, je me suis sentie comme une petite souris« , expliquait-elle dans ce clip de deux minutes. « Et donc, quelques-unes des insultes que j’ai entendues, ou des blagues très offensantes, ou des noms qu’on me donnait, m’ont touchés de manière très forte ». L’actuelle Duchesse de Sussex revenait notamment sur un épisode qui l’a particulièrement marquée.

Lire aussi > Kate et Meghan : Comment une folle histoire de collants a fait éclater leur relation

« Vous savez, il y a quelques années, j’ai entendu quelqu’un appeler ma maman ‘N-Word’ (‘N*gresse’, NdlR). Donc je pense que pour moi, au-delà du fait d’être personnellement affectée par le racisme, simplement de voir à quoi ressemble l’état de notre pays, certainement du monde aussi, je veux que les choses aillent mieux« , ajoutait-elle, tournée vers un avenir qu’elle espérait plus tolérant et son (futur) rôle de mère.

« Je suis très fière d’où je viens et d’où je vais, mais oui, j’espère qu’au moment où j’aurais des enfants, les gens seront plus ouverts d’esprit à propos de comment les choses changent et d’avoir un monde métissé ». Huit ans plus tard, l’espoir demeure, des Etats-Unis à la France en passant par chez nous.

CIM Internet