Cyrille Eldin : « Je suis un monstre pardon, je l’avoue »

Cyrille Eldin : « Je suis un monstre pardon, je l’avoue »

L'animateur du "Petit Journal" a présenté implicitement ses excuses en fin d'émission. | © Belga

People et royauté

Après s’être violemment emporté sur une journaliste de « Quotidien », l’animateur a vivement été critiqué sur les réseaux sociaux.

Ce lundi 23 janvier, la cote de Cyrille Eldin a pris un sérieux coup. Lors du premier tour de la Primaire de la gauche, l’animateur du « Petit Journal » était sérieusement remonté contre l’une de ses collègues de « Quotidien ». À la sortie du QG de Benoît Hamon, la journaliste Camille Crosnier s’est imposée parmi l’attroupement de journalistes, sucrant la réplique au présentateur. Susceptible et manifestement tendu, il n’a pas hésité à menacer sa camarade d’un « coup de coude violent », la prochaine fois qu’elle oserait lui couper la chique.

Eldin critiqué par les journalistes

L’affaire a fait grand bruit sur les réseaux sociaux. Le présentateur a vivement été critiqué, notamment par ses collègues journalistes qui en ont profité pour se moquer de la faible audience du « Petit Journal ». Parmi eux, Yann Barthès. Dans son émission du 23 janvier, l’animateur vedette de « Quotidien » n’a pas manqué d’évoquer l’incident sur le plateau. Sans s’attarder sur le sujet, Yann Barthès a néanmoins rétorqué en qualifiant Cyrille Eldin de « violent, misogyne et malpoli ». En présence de la journaliste insultée, Barthès a reproché à son ancien collaborateur d’avoir été « relou, même totalement relou » lors de l’altercation.

Capture d’écran TMC.

L’heure des excuses

Dans son émission à lui, Cyrille Eldin a aussitôt présenté ses excuses, tout en restant fidèle à son sarcasme légendaire. Sur un ton railleur et un poil exagéré, il remercie « l’accueil chaleureux » de son public. Tête baissée, la main sur le cœur, il ajoute : « je ne le mérite pas car je suis un monstre, je l’avoue ». En fin d’émission et de manière très implicite, il remet une dernière couche d’excuses et répond directement à son confrère de « Quotidien » : « Je suis peut-être un voyou, mais j’ai du savoir-vivre moi ». Même si le règlement de compte semble être clos, la réputation de Cyrille Eldin n’en reste pas moins entachée.

CIM Internet