Paris Match Belgique

Bar Refaeli évite la prison en plaidant coupable pour évasion fiscale

bar refaeli prison évasion fiscale

L'ancienne top en août dernier. | © Alberto PIZZOLI / AFP.

People et royauté

Bar Refaeli et sa maman Tzipi ont plaidé coupables et passé un accord avec les procureurs dans leur procès pour évasion fiscale. Le mannequin écope d’une lourde amende, et sa mère passera plus d’un an en prison.

Cinq ans après avoir été prise pour cible par les autorités fiscales pour des impôts impayés, Bar Refaeli a finalement plaidé coupable des accusations d’évasion fiscale. La mannequin de 35 ans ainsi que sa mère Tzipi Levine, qui était son ancien agent, devront verser la somme totale de 13 millions de shekels (soit environ 3,3 millions d’euros) dont 2,5 millions d’euros comme arriérés d’impôts et 1,3 million d’euros d’amende.

Lire aussi > Bar Rafaeli accusée d’islamophobie [VIDÉO]

Hormis cette amende, l’ancienne petite amie de Leonardo DiCaprio devra accomplir neuf mois de travaux d’intérêt général, tandis que Tzipi Levine purgera une peine de 16 mois de prison.

Bar Refaeli a fourni des informations fiscales incorrectes concernant sa résidence fiscale réelle entre 2009 et 2012 afin de ne pas déclarer les revenus perçus à l’étranger durant cette période. Arrêtée puis libérée sous caution en 2015, le mannequin a finalement conclu un accord judiciaire dans ce dossier d’évasion fiscale.

Un traitement médical reçu en Israël

La justice israélienne a démenti les déclarations du modèle, montrant que même entre 2009 et 2012, Bar Refaeli aurait passé la plupart de son temps en Israël et que par conséquent sa résidence fiscale était toujours dans le pays du Moyen-Orient, selon le journal Times of Israël.

Lire aussi > Bar Refaeli menacée d’inculpation pour fraude fiscale

En effet, la justice a présenté des dossiers médicaux montrant qu’entre 2009 et 2011, des médicaments ont été prescrits au mannequin en Israël et que le mannequin elle-même a reçu un traitement payé par le Fonds national de santé, comme le souligne le journal italien Corriere della Sera

Sa mère déjà accusée en 2016

En 2016, Tzipi Levine avait été arrêtée temporairement et accusée de ne pas avoir déclaré l’intégralité des revenus de sa fille Bar Refaeli pendant les années en question. Les autorités fiscales israéliennes avaient accusé le duo d’avoir caché une somme de 30 millions de shekels (environ 7,5 millions d’euros) et de ne pas avoir déclaré l’achat d’une série d’appartements en Israël.

CIM Internet