Paris Match Belgique

Angelina Jolie raconte son confinement avec ses enfants

angelina jolie confinement enfants

"Angie" raconte son lockdown. | © ABACAPRESS.

People et royauté

Interviewée par Harper’s Bazaar, Angelina Jolie s’est notamment confiée sur son confinement en famille.

D’après un article Paris Match France de La Rédaction

Angelina Jolie s’est confiée lors d’un rare entretien accordé au magazine Harper’s Bazaar, publié ce vendredi 12 juin 2020. Lors de cette interview, l’actrice et réalisatrice de 45 ans a notamment évoqué son confinement en famille avec ses six enfants, Maddox (18 ans), Pax (16 ans), Zahara (15 ans), Shiloh (14 ans), Knox et Vivienne (12 ans le 12 juillet). Alors que cette période d’incertitude et de stress causée par le coronavirus a été éprouvante pour tout le monde, l’ex-épouse de Brad Pitt a admis qu’elle avait tout fait pour garder son « calme », créant un environnement positif pour ses enfants, notamment en s’occupant des animaux de la famille. « Comme la plupart des parents, je me force à rester calme afin que mes enfants ne ressentent pas d’anxiété de ma part en plus de ce qui les inquiète. J’y ai mis toute mon énergie. Pendant le confinement, Vivienne a perdu un lapin lors d’une opération et nous en avons adopté deux autres qui sont petits et handicapés. Ils doivent rester en paire. Ils sont si doux. Il a fallu se concentrer sur leurs soins et cela nous a aidés. Sans oublier les chiens, et le serpent et le lézard… », s’est-elle amusée.

Lire aussi > Coronavirus : Angelina Jolie demande aux parents d’être « honnêtes » avec les enfants

« La pandémie devrait avoir des répercussions sur les filles dans de nombreux pays »

Lors de cet entretien, l’ambassadrice de bonne volonté du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a rappelé à quel point le confinement avait exacerbé les violences sexuelles et domestiques ainsi que la pauvreté à travers le monde. « Lorsque les filles ne sont pas scolarisées, cela favorise davantage le mariage forcé des enfants, le travail forcé des enfants, les abus sexuels et d’autres violations de leurs droits. La pandémie devrait avoir des répercussions sur les filles dans de nombreux pays. Nous le savons mais il y a toujours de l’inertie. L’ONU prévient que la pandémie pourrait entraîner 2 millions de cas supplémentaires de mutilations génitales féminines et 13 millions de mariages d’enfants supplémentaires au cours de la prochaine décennie. C’est horrible. Il n’y a pas de réponse facile mais tirer la sonnette d’alarme sur ce sujet en exhortant les gouvernements à anticiper où les filles seront les plus vulnérables et à agir, est essentiel dans un premier temps. Et nous ne devons accepter aucune rhétorique de dirigeants qui disent que d’autres questions sont prioritaires. Il n’y a rien de plus important », a-t-elle conclu.

CIM Internet