Paris Match Belgique

Melania Trump aurait retardé son arrivée à la Maison-Blanche… pour renégocier son contrat de mariage

Melania Trump aurait retardé son arrivée à la Maison-Blanche... pour renégocier son contrat de mariage

Melania Trump et Donald Trump, le 25 mai 2020. | © Nicholas Kamm / AFP

People et royauté

Pendant les premiers mois de la présidence de Donald Trump, son épouse Melania est restée à New York, pour permettre à leur fils d’y finir l’année scolaire. Mais selon un livre, elle aurait profité de l’occasion pour renégocier leur contrat de mariage.

D’après un article Paris Match France de Kahina Sekkai

Pendant près de six mois, la Maison-Blanche n’avait qu’une First Lady à temps partiel. Après l’investiture de son mari en janvier 2017, Melania Trump avait choisi de rester à New York jusqu’à l’été, officiellement pour permettre à leur fils Barron, alors âgé de 11 ans, de finir l’année scolaire dans son collège. Mais selon les révélations de la journaliste du Washington Post Mary Jordan, qui consacre un livre à l’ancien mannequin The Art of Her Deal, Melania Trump aurait profité de cette période et de l’importance de sa présence auprès du président américain pour renégocier leur contrat de mariage, qu’elle estimait défavorable. Mariée au milliardaire depuis plus longtemps que ses deux précédentes épouses, Ivana Trump et Marla Maples, Melania Trump aurait ainsi négocié, pendant des mois, pour assurer des conditions plus favorables en cas de divorce pour elle comme pour son fils Barron, le plus jeune des cinq enfants du président américain. Elle envisagerait un futur précis pour lui : la direction de la Trump Organization en Europe, bénéficiant de sa double nationalité slovène.

Lire aussi > Cet échange effrayant entre Donald et Mélania Trump provoque un malaise général [VIDÉO]

La situation entre les deux époux était alors très tendue, notamment à cause des révélations sur les infidélités de Donald Trump avec Stormy Daniels et Karen MacDougal, dont le silence a été acheté quelques jours avant l’élection par son avocat personnel, Michael Cohen. Entre ces douloureuses indiscrétions étalées dans la presse et sa popularité, Melania Trump était en position de force. Elle a suivi les conseils que Donald Trump donnait lui-même dans son livre The Art of the Deal, rappelle le quotidien : « La meilleure chose que vous pouvez faire est de négocier en étant en position de force, et avoir des moyens de pression est la plus grande force dont vous pouvez disposer. Un moyen de pression, c’est avoir ce que l’autre type veut. Ou, mieux, ce dont il a besoin. Ou, encore mieux, ce dont il ne peut pas se passer. »

Pas d’aile pour la « First Family »

Le retard de l’arrivée de Melania Trump à Washington a eu des conséquences très publiques. Outre les manifestations quotidiennes au pied de la Trump Tower, dont elle sortait peu, la présence de l’épouse et du fils du président américain coûtait plus de 125 000 dollars en frais de sécurité quotidiennement, et alimentait l’idée selon laquelle l’administration Trump souffrait d’une désorganisation conséquence d’une victoire imprévue. Pendant presque six mois, Donald Trump a vécu seul à la Maison-Blanche, ne retrouvant sa femme et son fils que lors de week-ends dans une propriété Trump. L’absence de First Lady avait été palliée, à certains moments, par… la présence de l’omniprésente First Daughter Ivanka Trump.

Lire aussi > Ivana Trump, Première dame des États-Unis ? Melania Trump sort les griffes

Considérée comme la préférée de son père, elle s’était largement impliquée dans la campagne, comme son mari Jared Kusher, avant que le couple ne devienne conseillers du président. Un rôle de proximité qu’ils conservent aujourd’hui, mais avec une bonne distance imposée par Melania Trump. Selon Mary Jordan, c’est elle qui a refusé l’idée de consacrer l’East Wing de la Maison-Blanche, traditionnellement réservée à la First Lady et ses équipes, à la « First Family ». Un agissement discret, en coulisses, loin des fréquentes interventions de la trentenaire.

CIM Internet