Paris Match Belgique

Comment un documentaire narré par Joaquin Phoenix a permis de sauver 13 otages ukrainiens

joaquin phoenix earthlings ukraine

Dans "Earthlings", Joaquin Phoenix nous raconte le sort réservé aux animaux à travers le monde. | © BELGA.

People et royauté

Le ravisseur avait une requête bien spéciale pour sauver la vie des otages : que le président ukrainien recommande à son peuple de regarder un documentaire conté par la star hollywoodienne.

Treize vies épargnées grâce au documentaire Earthlings, sur le droit des animaux, sorti en 2005 et réalisé par Shaun Monson : c’est l’histoire invraisemblable qui s’est déroulée ce mardi et que nous raconte The Hollywood Reporter.

Lire aussi > Oscars 2020 : L’hommage déchirant de Joaquin Phoenix à son frère disparu

Ce mardi 21 juillet, un certain Maksim Krivosh a donc pris en otage treize personnes à bord d’un autobus dans le nord-ouest de l’Ukraine. Un supplice d’une douzaine d’heures que l’homme a diffusé en direct sur les réseaux sociaux et avec une requête des plus étranges : le criminel souhaitait simplement que le président, Volodymyr Zelensky, encourage ses compatriotes à… regarder un documentaire.

Rocambolesque

Narré par Joaquin Phoenix, le long-métrage en question n’est autre qu’Earthlings, une critique acerbe de l’exploitation des animaux par les hommes, et ce à tous les niveaux : aussi bien comme animaux de compagnie que dans l’industrie alimentaire et textile, dans la recherche scientifique et dans le divertissement.

Le président s’est exécuté, publiant sur son compte Facebook une vidéo incitant les Ukrainiens à regarder Earthlings, et Krivosh s’est finalement rendu sans faire de victimes.

La vidéo a ensuite été supprimée et remplacée par une note remerciant la police et d’autres personnes qui ont contribué à mettre fin à la prise d’otages.

Lire aussi > Après son discours militant aux Oscars, Joaquin Phoenix sauve un veau et sa mère de l’abattoir [VIDÉO]

Pour info, Earthlings est dispo gratuitement en streaming par ici. Et on laissera le mot de la fin au ministre de l’intérieur ukrainien, qui a trouvé le documentaire excellent : « pas besoin d’être complètement taré pour l’apprécier. »

CIM Internet