Paris Match Belgique

Ryan Coogler, réalisateur de Black Panther, rend un hommage XXL à Chadwick Boseman

ryan coogler chadwick boseman décès

Chadwick Boseman et Ryan Coogler lors de la première européenne de "Black Panther", en février 2018 à Londres. | © BELGA.

People et royauté

Il a notamment révélé n’avoir jamais été au courant du cancer de l’acteur en le dirigeant sur le long-métrage Marvel.

 

Comme le monde entier, il pleure le roi T’Challa. Disparu ce vendredi d’un cancer du côlon, Chadwick Boseman a depuis vu une pluie d’hommages se succéder autour de sa personne. Et parmi eux, celui de Ryan Coogler, le réalisateur qui l’a dirigé sur Black Panther, était particulièrement attendu.

Lire aussi > Chadwick Boseman, acteur principal du film Black Panther, est décédé à 43 ans

« Avant de partager mes réflexions sur le décès du grand Chadwick Boseman, je présente tout d’abord mes condoléances à sa famille qui comptait tellement pour lui. À sa femme, Simone, en particulier », a tout d’abord commencé le réalisateur dans un communiqué.

« Il laisse une empreinte incroyable »

« Après le communiqué diffusé par sa famille, j’ai réalisé qu’il avait vécu avec sa maladie tout le temps où je l’avais connu », a-t-il ajouté, louant son discret combat, dont personne à part sa famille n’était au courant : « Parce qu’il était un gardien, un leader et un homme de foi, de dignité et de fierté. Il a protégé ses collaborateurs de sa souffrance ».

« Il a eu une belle vie et était un grand artiste. Jour après jour, année après année. C’est ce qu’il était, un feu d’artifice. Je raconterai des histoires pour assister à ces brillantes étincelles jusqu’à la fin de ma vie. Il laisse une empreinte incroyable », continue-t-il dans cet hommage vibrant.

Lire aussi > La mort de Chadwick Boseman illustre l’incidence croissante du cancer colorectal

Coogler revient également sur les circonstances de leur première rencontre et clame haut et fort l’inspiration que représentait Boseman pour de nombreuses personnes : « Chad était une anomalie. Il était calme et affirmé. Il étudiait constamment. Mais il était aussi gentil et réconfortant. Il avait le rire le plus chaleureux du monde, et des yeux qui voient bien au-delà de ce qu’il a vécu, mais qui pouvaient encore briller comme ceux d’un enfant qui voit quelque chose pour la première fois. »

CIM Internet