Paris Match Belgique

« Vos cellules cancéreuses ont un ennemi, c’est votre énergie » : La leçon de vie de Bernard Tapie

"Vos cellules cancéreuses ont un ennemi, c’est votre énergie" : la leçon de vie de Bernard Tapie

Bernard Tapie, le 30 janvier 2020. | © Philippe Lavieille / Photo PQR / Belga Image

People et royauté

Devant la Conférence des avocats du Barreau de Paris, lundi soir, Bernard Tapie a donné une leçon de courage, évoquant son combat contre la maladie.

 

D’après un article Paris Match France de Emilie Cabot

Les cordes vocales sont affaiblies – un effet de son nouveau traitement – mais son énergie légendaire est toujours là. Bernard Tapie, qui lutte depuis près de trois ans contre un double cancer, touchant l’estomac et l’œsophage, s’est exprimé en public lundi soir, devant la Conférence des avocats du Barreau de Paris dont il était l’invité d’honneur. Lors de cet événement, qui avait notamment comme sujet « Faut-il vivre à crédit ? » et « Faut-il réussir sa vie ? », l’ancien ministre a forcé l’admiration évoquant son combat de longue haleine contre la maladie.

Lire aussi > Malgré la maladie, Bernard Tapie veut remonter sur scène

« Il faut vous obliger malgré les difficultés »

La voix cassée, il explique, selon des images diffusées par BFM TV : « Contrairement à ce que l’on dit, le moral, etc. Vos cellules cancéreuses s’en foutent. Elles ont un ennemi, c’est votre énergie. Car c’est l’énergie qui donne la puissance à votre système immunitaire. Et comment on trouve l’énergie ? En bougeant ! En se remuant ! Et si vous êtes au lit du matin au soir, en vous disant : « Je ne peux pas me lever », vous êtes mort ! Donc il faut vous obliger malgré les difficultés à le faire », poursuit-il.

« La tumeur a pris un sale coup », confiait-il début août

Début août, il s’était confié dans la presse belge sur son état de santé, alors qu’il suit depuis janvier à Louvain, en Belgique, « un traitement expérimental ». « C’est de l’immunothérapie », précisait-il. « Il y a trois stades pour le lancement d’un nouveau traitement sur le marché. Mon traitement est au deuxième stade. Il faudra attendre des résultats suffisants pour qu’il passe au troisième stade. Je suis une sorte de cobaye pour la médecine, développait-il encore. En France, pour avoir la paix, les médecins refusent de vous soumettre à ce traitement. Mais si on ne l’avait pas mis en route, je ne serais certainement plus là pour vous en parler. Oui, je serais mort sans ça. » L’homme d’affaires évoquait aussi des « effets secondaires épouvantables » et « des moments très compliqués » mais l’éternel battant « serre les dents » et rassurait : « La tumeur a pris un sale coup ».

Lire aussi > Atteint d’un cancer, Bernard Tapie promet de « se battre comme il l’a toujours fait »

Mi-juillet, il avait été aperçu se promenant sur le port de Saint-Tropez en compagnie notamment de son épouse Dominique. Les vacanciers avaient été photographiés sur le port, non loin du célèbre café Sénéquier, où Jacques Chirac avait ses habitudes ; puis à la sortie du restaurant Le Girelier, à quelques mètres de là. Sur cette série de photos, Bernard Tapie, pull bleu marine noué sur les épaules et mains dans les poches, semblait en pleine forme.

Annoncé mort par erreur fin août par la chaîne L’Equipe – qui s’est ensuite excusée – l’ex-ministre avait rassuré son son état de santé, auprès de La Provence : « Je ne suis pas au mieux mais ils semblent pressés. Il faudra encore attendre. »

Mots-clés:
cancer Bernard Tapie
CIM Internet