Paris Match Belgique

La femme qui accuse Roméo Elvis détaille l’agression sexuelle qu’elle a subie

La femme qui accuse Roméo Elvis détaille l'agression sexuelle qu'elle a subie

Roméo Elvis, le 5 septembre 2020. | © Marco Piovanotto / Abacapress

People et royauté

La jeune femme qui a accusé Roméo Elvis d’agression sexuelle s’est entretenue avec le site StreetPress pour détailler les faits.

 

D’après un article Paris Match France de S.L.

Dans la nuit du 7 au 8 septembre 2020, une jeune femme a dénoncé Roméo Elvis sur les réseaux sociaux, expliquant avoir été sexuellement agressée par ce dernier. Elle publiait également des captures d’écran de l’artiste lui disant qu’il était « une merde sur le coup » et avait « vraiment honte ». Mercredi, le rappeur de 27 ans reconnaissait publiquement les faits et exprimait ses regrets. « J’ai pris conscience d’avoir utilisé mes mains de manière inappropriée sur quelqu’un, croyant répondre à une invitation qui n’en était pas une, et m’arrêtant dans les instants qui ont suivis dès que j’ai compris. Je regrette sincèrement ce geste et surtout, je réitère publiquement les excuses déjà exprimées de nombreuses fois en privé et en personne. Je suis le moins bien placé, mais je le pense ce qui est trop souvent vu comme un acte banal est une erreur à ne pas faire. Peu importe qui nous sommes. Je ne suis pas fier de cette situation et espère servir d’exemple à ne pas suivre », écrivait-il.

« Il n’a pas la grosse tête »

Ce vendredi 11 septembre 2020, le site StreetPress a dévoilé le récit de la jeune femme qui a accusé Roméo Elvis. Témoignant sous le faux prénom de Sofia, l’étudiante bruxelloise de 23 ans a expliqué que les faits remontaient au mois de mai 2019 et qu’ils s’étaient produits dans un magasin de friperies tenu par des amis de Roméo Elvis à Bruxelles. Après avoir essayé une robe et être sortie de la cabine d’essayage, Sofia tombe nez à nez sur Roméo Elvis qui commente sa tenue. « Oh my God, c’est lui, agis normalement », s’est-elle dit en voyant le rappeur, dont elle apprécie la musique. Les deux discutent pendant que Sofia fait son shopping. « On chante sur la musique de fond et j’essaye d’autres vêtements. C’était comme si je faisais les magasins avec un pote, il n’a pas la grosse tête », dit-elle.

C’est alors que Roméo Elvis, « affirmant la reconnaître », l’a suivie dans la cabine d’essayage. Elle relate sa surprise, assurant qu’elle ne l’a pas invité à le suivre. « Quand je re-rentre dans la cabine, je sens une présence derrière moi et je sens que c’est lui. Il entre avec moi dans la cabine et il ferme le rideau. Et là, il arrive avec ses mains sur ma poitrine. Le mec est grand, il est imposant. (…) Il enlève ses mains et les met dans mon pantalon et sur mes fesses. Je lui dis : “Tu fais quoi ?” Il a un déclic. Il arrête tout et sort. Comme s’il était en transe et qu’il venait de se réveiller », poursuit-elle. Comme le rappelle StreetPress, en droit français « toute atteinte sexuelle commise avec violence, contrainte, menace ou surprise » constitue une agression sexuelle. Mais en Belgique, on parle d’attentat à la pudeur. Il s’agit, d’un « acte contraire aux mœurs et d’une certaine gravité commis de manière intentionnelle sur une personne ou à l’aide d’une personne déterminée sans le consentement valable de celle-ci ».

Lire aussi > La petite-amie d’Angèle, Marie Papillon, répond à la polémique de la meilleure manière qui soit

« J’espère que tu ne feras plus ce genre de chose à qui que ce soit »

Sofia a expliqué qu’elle ne souhaitait pas porter plainte et qu’elle avait voulu partager son histoire pour « encourager d’autres femmes à parler ». « Roméo m’avait promis que j’étais la seule. Mais si c’était faux… J’ai envie d’être honnête », explique-t-elle. Si elle parle aujourd’hui, c’est parce que ces souvenirs sont remontés à la surface lorsque, pendant le confinement, une amie lui a parlé d’une agression qu’elle a subie. Ressentant du stress post-traumatique, elle a décidé d’envoyer un message à Roméo Elvis en mai 2020. « Je ne veux pas gâcher ta vie. Je veux juste que tu réalises que ce que tu as fait, c’est vraiment quelque chose de mal. J’espère que tu ne feras plus jamais ce genre de chose à qui que ce soit », lui a-t-elle écrit. « Le rappeur s’excuse maladroitement, sans nier son trauma », écrit StreetPress. En août, ils se sont vus en face à face pour en discuter. Un moment lors duquel le rappeur s’est de nouveau excusé, comme il l’avait dit dans son message Instagram.

CIM Internet