Paris Match Belgique

Jean-Marie Bigard répond à François Cluzet qui « insulte le peuple démuni »

Jean-Marie Bigard répond à François Cluzet qui "insulte le peuple démuni"

Jean-Marie Bigard et son slogan qui divise. | © Arnaud Journois / Le Parisien

People et royauté

Passe d’armes François Cluzet- Jean-Marie Bigard, épisode 2. L’humoriste a répondu lundi à l’acteur, qui l’a qualifié ce week-end de « roi des beaufs » et d’« abruti total ».

 

D’après un article Paris Match France de E.C.

« Il insulte les millions de personnes qui m’aiment, c’est grave. » Jean-Marie Bigard n’a pas apprécié les propos de François Cluzet à son égard. L’acteur a jugé sévèrement le comportement actuel de l’humoriste, qui dit vouloir représenter le peuple et laisse planer le doute sur une éventuelle candidature à la présidentielle. « Je ne comprends pas comment on peut donner une heure d’antenne en direct à un abruti total qui en plus nous explique qu’il va peut-être se présenter à la présidentielle avec un mot d’ordre : « je me présenterai pour le peuple » au lieu de dire « pour les beaufs que je suis » », a déclaré ce week–end François Cluzet s’offusquant notamment du masque que porte régulièrement l’humoriste, floqué d’un « Allez tous vous faire enculer ».

Lire aussi > François Cluzet tacle Jean-Marie Bigard : « Un abruti total »

La réponse de Jean-Marie Bigard n’a pas tardé. Dans l’émission « Les Grandes Gueules » sur RMC lundi,  il a donné son point de vue. « J’ai insulté Olivier Véran exprès pour faire réagir des mecs comme François Cluzet. Qu’il me colle l’étiquette de « roi des beaufs », ça ne me dérange pas. Mais qu’il remplace justement le mot « beauf » par le mot « peuple ». Moi, je traite d’imbéciles une poignée de nos gouvernants que je juge incompétents. Mais lui, il insulte les millions de personnes qui m’aiment, c’est grave », développe-t-il.

L’humoriste estime que François Cluzet « se retrouve à lécher le cul des gouvernants » et « insulte le peuple démuni, ceux qu’il traite donc de beaufs, qui n’ont plus rien et qu’on laisse crever ».

Il répond également sur son masque qui a choqué et « fasciné » l’artiste : Cela « s’adresse à nos gouvernants. C’est un message en forme de promesse ou de menace, selon les goûts. C’est tout l’humour qui me caractérise. J’ai des couilles et je les sors, mais je n’en veux pas à François Cluzet de ne pas avoir été livré », conclut-il à sa manière.

CIM Internet