Paris Match Belgique

« C’est presque insurmontable » : Harcelée en 2019, Meghan Markle se confie avec émotion

meghan markle harcèlement

Meghan en octobre 2019. | © Michele Spatari / AFP.

People et royauté

Meghan Markle et le prince Harry ont participé samedi à un podcast à l’occasion de la journée mondiale de la santé mentale. L’occasion pour l’Américaine de se confier sur les dégâts psychologiques liés au harcèlement qu’elle a subi en 2019, à travers le monde.

D’après un article Paris Match France de La Rédaction

C’est une cause qui leur tient tout particulièrement à cœur. À l’occasion de la journée mondiale de la santé mentale, le prince Harry et son épouse Meghan Markle ont participé à un podcast animé par trois adolescents en Californie. Les parents du petit Archie, qui ont déjà dans le passé évoqué leurs propres combats contre la détresse psychologique, se sont de nouveau confiés samedi. Dans l’émission intitulée « Teenager Therapy », l’ancienne comédienne a fait part des difficultés qu’elle a elle-même rencontrées depuis son mariage avec le cadet du prince Charles et de la princesse Diana. « Je peux en parler personnellement parce ce que l’on m’a dit qu’en 2019, j’ai été la personne la plus trollée du monde entier », a-t-elle commenté, faisant référence notamment au harcèlement subi en ligne. « Pourtant, durant huit mois de cette année-là, je ne me suis même pas montrée. J’étais en congé maternité, ou avec mon bébé. Mais malgré ça, on a pu fabriquer des choses. Et c’est presque insurmontable. Et c’est tellement énorme que vous ne pouvez même pas savoir ce que ça fait, parce que peu importe que vous ayez 15 ou 25 ans, si des gens disent des choses sur vous, qui ne sont pas vraies, cela ne peut que faire du mal à votre santé mentale », a-t-elle expliqué.

Lire aussi > Meghan et Harry évoquent leur fils Archie : « Nous sommes si chanceux »

« Et donc je pense de mon point de vue, et une partie du travail que nous faisons à partir de notre propre expérience personnelle, être capable de parler aux gens et comprendre que même si notre expérience est unique pour nous – et peut évidemment sembler très différente de ce que les gens vivent au quotidien – c’est toujours une expérience humaine et c’est universel », a-t-elle ajouté.

« J’ai fait le choix de ne pas lire ou voir »

« Meghan parle de son expérience à l’échelle globale, mais si vous êtes une jeune fille ou un jeune garçon à l’école, c’est cela votre monde, et si vous êtes attaqué, harcelé ou moqué en ligne… c’est exactement la même chose », a poursuivi le prince Harry, s’adressant directement aux jeunes animateurs du podcast. « C’est très facile d’être pris et bloqué dans une spirale négative, mais nous avons tous le choix d’essayer de se défaire de la négativité de nos vies (…). J’ai fait le choix de ne pas lire ou voir et de m’éloigner de tout ça, pour me concentrer sur le côté positif et optimiste. Ce que j’ai vu ces dernières années, ce sont des gens qui se cachent derrière des pseudos en ligne. Ils disent des choses que personne ne dirait en face de la personne », a-t-il continué. Il a ensuite raconté que pour s’éloigner de ces éléments négatifs, il faisait de la méditation. « Je n’aurais jamais pensé être la personne à faire ça ».

Lire aussi > Elizabeth II avait proposé une nouvelle vie à Meghan et Harry avant même le « Megxit »

Si elle a abordé ce sujet avec émotion, elle a cependant ensuite affirmé aller aujourd’hui « très bien ». « Les derniers mois ont été difficiles pour tout le monde, alors nous ne pouvons pas nous plaindre, nous avons la chance d’être en bonne santé et d’avoir un toit sur notre tête », a-t-elle lancé. « Nous avons énormément de chance d’avoir un espace à l’extérieur pour que notre fils puisse faire ses premiers pas. Avoir un espace extérieur, ou juste assez pour se déplacer et courir est une bénédiction. Parce que cela me rappelle combien de personnes sont empilées les unes sur les autres, et le sont restées durant des mois, et ce que cela implique pour la santé mentale de ces personnes », a-t-il continué, abordant ici la question du confinement et de la pandémie mondiale de covid-19.

CIM Internet