Paris Match Belgique

Accusé de harcèlement sexuel, James Franco trouve un accord avec ses anciennes étudiantes

james franco harcelement sexuel

L'acteur en 2019. | © Future Image.

People et royauté

En 2019, les actrices Sarah Tither-Kaplan et Toni Gaal avaient porté plainte contre le comédien pour intimidation et exploitation sexuelle.

 

Un accord financier confidentiel qui lui évite des poursuites judiciaires. James Franco échappe à un procès au potentiel médiatique très élevé grâce à des termes secrets passés avec Sarah Tither-Kaplan et Toni Gaal, deux de ses anciennes élèves à l’école de théâtre Studio 4, que l’acteur avait lui-même fondée en 2014 et qui a fermé en 2017.

Lire aussi > Accusé de harcèlement sexuel, James Franco se dit prêt à « réparer » ses fautes

Un comportement au-delà de l’acceptable

Les deux plaignantes avaient, en 2019, accusé le comédien de les avoir intimidées et exploitées sexuellement. L’acteur avait selon les deux jeunes femmes demandé de jouer, devant la caméra, des scènes sexuelles abusives et explicites de type « orgie », dans le cadre d’un cours autour des scènes de sexe.

Un comportement au-delà de l’acceptable pour les deux étudiantes, dont l’acteur aurait aussi retiré les protections plastiques couvrant les vagins des comédiennes avant de mimer des scènes de sexe oral.

Dans la plainte initiale, il est également reproché à la star d’avoir « cherché à créer un réseau de jeunes femmes qui ont été soumises à son exploitation sexuelle personnelle et professionnelle ».

Depuis plusieurs mois, les deux parties étaient en négociations. L’accord, qui n’a pas encore été officialisé, a toutefois été reconnu par l’avocat des plaignantes.

Lire aussi > À la Women’s March, Scarlett Johansson tacle violemment James Franco

L’acteur a toujours nié les accusations qui le visaient, notamment lors d’une apparition remarquée dans l’émission « The Late Show » de Stephen Colbert.

CIM Internet