Paris Match Belgique

Quand la princesse Michael portait une broche controversée face à Meghan

Quand la princesse Michael portait une broche controversée face à Meghan

La princesse Michael de Kent et Meghan Markle. | © DPA / Patrick van Katwijk et AFP

People et royauté

Dimanche, le prince Harry et son épouse Meghan Markle ont donné une interview dans laquelle ils ont accusé la famille royale de racisme. Depuis, une histoire remontant à 2017 a refait surface. Cette année-là, la princesse Michael de Kent avait dû présenter ses excuses après être apparue avec une broche qualifiée de raciste, lors d’un repas où se trouvait l’actrice américaine.

 

D’après un article Paris Match France de La Rédaction

Les révélations sont fracassantes. D’après le prince Harry et son épouse Meghan Markle, la royauté britannique serait raciste. Le couple a expliqué dimanche lors d’une interview diffusée à la télévision américaine, que certains membres de la Couronne auraient tenu des propos racistes, questionnant notamment la couleur de peau du futur bébé lorsque l’actrice américaine était enceinte. « C’est une conversation que je ne partagerai jamais. C’était étrange. J’étais sous le choc », a expliqué le prince. Si Harry a précisé à Oprah Winfrey qui a réalisé l’entretien, qu’il ne s’agit ni de la reine, ni de son époux le prince Philip, il a expliqué devant les caméras ne pouvoir donner de noms tant cela serait « dommageable » pour ces personnes.

Lire aussi > Interview de Meghan et Harry : Effondrés, William et Charles ne veulent plus adresser la parole au couple

Depuis cette interview, une histoire en particulier a refait surface dans les médias et sur les réseaux sociaux. En 2017, la princesse Michael de Kent, épouse du prince Michael de Kent, l’un des cousins germains de la souveraine, avait fait scandale en arborant une broche qualifiée de raciste par de nombreux observateurs. Issue de l’art blackamoor – un style des années 1700 représentant des figures africaines qui est désormais associé au colonialisme – ce bijou qui ornait la tenue de la princesse avait été porté lors d’un déjeuner de Noël organisé par la reine auquel se trouvait Meghan Markle. L’image de la princesse, photographiée dans sa voiture avec la broche, avait provoqué le scandale, notamment sur les réseaux sociaux, qui déjà pointaient du doigt le racisme de la Couronne. La concernée avait fini par présenter ses excuses, se disant « désolée d’avoir pu offenser ». Un porte-parole des Kent avait ajouté que cette broche était un cadeau et avait déjà été portée à de nombreuses reprises.

« Lorsqu’il s’agit de la mode royale, une grande attention est portée à chaque détail »

Dans le livre Finding Freedom, écrit par Omid Scobie et Carolyn Durand, qui revient sur le départ de Harry et Meghan de la famille royale, il est expliqué que la jeune femme d’origine afro-américaine n’a pas pu s’empêcher « de se demander s’il n’y avait pas un message envoyé à travers cette broche montrant un homme noir portant un turban ». Pour les auteurs de cette biographie non-officielle, le choix de porter cette broche à un tel évènement était « au minimum une insensibilité envers les racines afro-américaines de Meghan et le racisme qu’elle a enduré dès sa rencontre avec Harry ». « Lorsqu’il s’agit de la mode royale, une grande attention est portée à chaque détail », peut-on lire. Suite à cette polémique, un ex-petit ami de la fille de la princesse Michael s’était livré dans Vanity Fair, affirmant que cette dernière était bel et bien raciste, évoquant notamment deux moutons noirs qu’elle avait décidé de baptiser « Venus et Serena » en référence aux deux joueuses de tennis Venus et Serena Williams. D’après lui, elle avait également lancé à des personnes noires, lors d’un repas, de « retourner dans les colonies ».

Lire aussi > Pensées suicidaires, racisme, sexe du bébé : Le grand déballage de Meghan et Harry chez Oprah

Parmi les critiques faites par Harry et Meghan à propos du racisme supposé de la famille royale, la principale concerne le manque de soutien officiel envers la jeune femme, alors que celle-ci était la cible d’attaques répétées de la part des tabloïds anglais. Buckingham Palace n’a pas réagi à ces accusations.

CIM Internet