Paris Match Belgique

La famille royale raciste ? Le Lord-Lieutenant du Grand Londres témoigne

kenneth olisa

La reine Elizabeth II de Grande-Bretagne est accueillie par le Lord Lieutenant du Grand Londres, Kenneth Olisa, alors qu'elle arrive pour assister au service de célébration du 150e anniversaire de Scripture Union à l'église St Mary à Islington, Londres, le 6 décembre 2017. | © Daniel LEAL-OLIVAS / AFP.

People et royauté

Dans une tribune publiée ce mercredi soir dans le Daily Mail, Sir Kenneth Olisa, le premier Lord-Lieutenant noir du Grand Londres répond aux accusations de racisme proférées par Meghan Markle et le prince Harry contre la famille royale.

D’après un article Paris Match France de Dominique Bonnet

« Pourquoi moi, le premier Lord-Lieutenant noir de la Reine, je ne crois pas que les « royals » sont racistes (et oui, ma femme et moi avons discuté de la couleur de notre enfant métis avec notre famille) ». Tel est le titre de la tribune publiée, ce mercredi 10 mars 2021 au soir, dans le Daily Mail par Sir Kenneth Olisa. Cet homme d’affaires et philanthrope britannique âgé de 69 ans est le Lord-Lieutenant du Grand Londres, ce qui veut dire qu’il est le représentant officiel d’Elizabeth II dans la capitale, depuis 2015.

Kenneth Olisa, le Lord-Lieutenant du Grand Londres, le 18 juin 2020
Kenneth Olisa, le Lord-Lieutenant du Grand Londres, le 18 juin 2020. © Guy Bell/REX/SIPA

Cette lettre ouverte répond aux accusations de racisme proférées par Meghan Markle et le prince Harry contre la famille royale lors de leur interview télévisée diffusée ce lundi 8 mars sur la chaîne américaine CBS. Au cours de cette discussion, le couple a confié à Oprah Winfrey avoir été questionné par des membres de celle-ci sur la couleur de peau de leur fils Archie, avant sa naissance. En outre, ils ont laissé penser que le fait que cet enfant soit métis a joué dans sa non-obtention d’un titre de prince.

Lire aussi > Meghan Markle : Cette prophétie de 2018 au sujet de la famille royale devient virale

Dans son témoignage, Kenneth Olisa livre d’abord sa propre expérience sur une question sur la couleur de peau de sa première fille posée par sa belle-mère, alors que lui est noir et sa femme blanche. Il assure que, dans son cas, l’interrogation de la future grand-mère était « bienveillante » au sein d’une « famille aimante ». Et dans le seul but de prévoir quelle couleur de laine acheter avant de tricoter des vêtements pour le bébé afin que ceux-ci conviennent à son teint. « Avant de sauter à la conclusion qu’il s’agissait d’une question vulgaire et raciste, nous devons reconnaître que nous ne connaissons ni le contexte ni l’intention derrière la prétendue demande », insiste-t-il.

 Elizabeth II avec son écuyer né au Ghana, une « image forte de notre époque »

Quant au problème plus général du racisme au sein de la famille royale, il est formel. Rappelant que quand la souveraine l’a nommé «son Lord-Lieutenant du Grand Londres» il était le « premier titulaire non blanc d’origine britannique » pour ce poste ancestral, il explique: « à ce titre, je soutiens la Reine et la Famille Royale, en les aidant à jeter des ponts, à connecter les personnes et les organisations et à renforcer le sentiment d’appartenance des Londoniens à une capitale inclusive ». « En conséquence, j’ai eu le privilège de rencontrer tous les membres de la Famille Royale à de nombreuses reprises – et je peux confirmer qu’ils sont charmants et inclusifs », déclare-t-il, assurant que c’est aussi la perception de milliers de personnes qu’il a vu réagir en leur présence. Evoquant le rôle de chef de la nation d’Elizabeth II, qui « agit comme un foyer pour l’identité nationale, l’unité et la fierté » et « donne un sentiment de stabilité et de continuité », il ajoute que ses liens étroits et son affection pour le Commonwealth « nous rappellent son affiliation à tous ses sujets, quelle que soit leur couleur ou leur croyance ». D’ailleurs, comme il le fait remarquer, lorsque la monarque est allée, le 4 novembre 2020, déposer une réplique de son bouquet de mariée pour le centenaire de la tombe du Soldat inconnu sur celle-ci, dans l’abbaye de Westminster, elle n’était accompagnée que de son écuyer, le major Nana Kofi Twumasi-Ankrah, né au Ghana. Une scène qu’il qualifie d’« image forte de notre époque »« le devoir et l’inclusion sont illustrés dans un environnement sacré ».

La reine Elizabeth II avec son écuyer le major Nana Kofi Twumasi-Ankrah, le 4 novembre 2020
La reine Elizabeth II avec son écuyer le major Nana Kofi Twumasi-Ankrah, le 4 novembre 2020. © Chown Aaron/PA Photos/ABACA

Même si Kenneth Olisa reconnaît qu’il reste encore un long chemin à parcourir sur cette question, il regrette les conséquences de ces accusations de Meghan et Harry qui ont suscité un véritable tollé. « À la lumière de cette interview, je me sens désespérément triste qu’après que notre réponse collective au Covid ait fait briller si chaleureusement les valeurs britanniques de la communauté, la nation est maintenant en grave danger d’être divisée par la question du racisme », a-t-il révélé.

CIM Internet