Paris Match Belgique

Juliette Binoche répond à ceux qui l’accusent de complotisme

juliette binoche

Juliette Binoche en novembre 2020 au Festival du film de Zurich. | © A. Bugge / Future Image.

People et royauté

Interviewée par L’Express, Juliette Binoche s’est confiée pour évoquer ses engagements, répondant également à ceux qui l’ont critiquée pour ses récentes prises de position.

D’après un article Paris Match France de S.L.

Juliette Binoche répond à ses détracteurs. Après s’être exprimée sur les réseaux sociaux pour notamment s’interroger sur l’utilisation de ses données de santé ou sur le déploiement de la 5G, l’actrice avait été accusée l’année dernière de relayer des théories complotistes. Des mois plus tard, elle a tenu à défendre ses propos, les clarifiant lors d’un entretien publié le 11 mars 2021 par L’Express. « Merci à L’Express et à la journaliste Agnès Laurent de m’avoir laissé m’exprimer. (…) Je reviens sur la chronologie des événements qui m’ont fait porter le nom de « complotiste » que je ne suis pas – et que certains journalistes continuent à me faire porter. Je le regrette », a-t-elle écrit vendredi sur Instagram.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Juliette Binoche (@juliettebinoche)


Juliette Binoche s’est ainsi souvenu que la «polémique» a démarré en mai 2020, lorsqu’elle partagé sur Instagram le discours d’un médecin généraliste qui alertait « contre trois violations du secret médical ». Reprenant cela, Juliette Binoche s’en était révoltée à l’époque : « Nous ne serons pas de marionnettes, ça suffit ! », avait-elle écrit en légende. Répondant à une internaute, elle avait poursuivi : « Ce sont des opérations organisées par des groupes financiers internationaux (principalement américains), depuis longtemps. Ils manipulent (sans être parano !) : les vaccins qu’ils préparent en font partie. Mettre une puce sous-cutanée pour tous : c’est NON. NON aux opérations de Bill Gates, NON à la 5G ».

Lire aussi > Juliette Binoche publie une rare photo de sa fille, Hana Magimel

« Nous vivons dans un monde de la pensée unique »

Dans L’Express, la star des films Le Chocolat et Le Patient anglais a expliqué : « À la suite d’une question d’un de mes followers, j’ai écrit un commentaire, peut-être un peu maladroitement, mais je pense que mes doutes et mes questions étaient légitimes. Des groupes financiers internationaux sont derrière les vaccins, c’est un fait, et les enjeux économiques sont très importants. Le 19 décembre 2019, le journal Le Monde avait présenté un projet soutenu par le MIT (Massachusetts Institute of Technology) : des nanocristaux de cuivre (dits « boîtes quantiques ») pouvant être injectés sous la peau pour stocker des données médicales. Cette technologie devait servir de carnet de vaccination dans des pays comme le Kenya et le Malawi où des tests étaient prévus. La Fondation Bill et Melinda Gates a bien investi des fonds dans cette recherche. Assez souvent, Bill Gates est présenté comme le sauveur philanthropique de la terre, ce qu’il n’est pas », a-t-elle dit, citant pour exemple les « investissements dans le pétrole » du milliardaire.

« Quant aux vaccins, des questions sont légitimes et mêmes nécessaires, car quel recul avons-nous ? Il faut en général 10 à 12 ans pour mettre un vaccin sur le marché. Même chose pour la 5G : des associations ont déposé un recours devant le Conseil d’Etat, estimant que son déploiement n’avait pas fait l’objet d’une évaluation environnementale sérieuse », a poursuivi Juliette Binoche.

Lire aussi > Juliette Binoche accuse Bill Gates de préparer un vaccin contenant des puces pour géolocaliser la population

Au final, l’actrice a estimé avoir été victime d’un « acharnement » et d’une « chasse aux sorcières », simplement parce qu’elle avait osé soulever quelques interrogations. « Je pense que nous vivons dans un monde de la pensée unique. Tous ceux et celles qui osent poser des questions sont rangés dans la case « complot », ce qui est une manière de les faire taire. La science et la technique sont des aides formidables pour notre compréhension du monde extérieur, mais dans une démocratie les citoyen.ne.s doivent avoir le droit dans interroger les usages », a-t-elle conclu.

CIM Internet