Paris Match Belgique

The Weeknd, son généreux don pour les victimes de conflits en Ethiopie

the weeknd

The Weeknd en septembre 2018. | © Imago.

People et royauté

Le chanteur a annoncé dimanche qu’il faisait don d’un million de dollars pour aider les victimes de conflits en Ethiopie.

D’après un article Paris Match France de S.L.

The Weeknd a annoncé dimanche 4 avril 2021 qu’il faisait don d’un million de dollars pour venir en aide aux victimes de conflits de guerre en Ethiopie, pays d’où sont originaires ses parents, Makkonen et Samra Tesfaye. Ces derniers avaient immigré au Canada dans les années 1980 avant la venue au monde du chanteur, né à Toronto.

Lire aussi > La prestation de The Weeknd au Super Bowl fait le buzz et devient un mème sur le net

« Mon cœur est brisé pour mon peuple éthiopien alors que des civils innocents allant de petits enfants aux personnes âgées sont assassinés de manière insensée et des villages entiers sont déplacés par la peur et la destruction. Je vais donner 1 million de dollars pour fournir 2 millions de repas par le biais du Programme alimentaire mondial des Nations Unies et encourager ceux qui le peuvent à donner aussi », a-t-il écrit sur Instagram, fournissant un lien pour que ses fans contribuent à la collecte.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par The Weeknd (@theweeknd)


The Weeknd fait partie des personnalités très généreuses d’Hollywood. En juin 2020, il avait fait don d’un million de dollars pour aider les soignants pendant le coronavirus. Deux mois plus tard, il avait également versé 300 000 dollars à un fonds d’aide aux victimes des explosions survenues à Beyrouth au Liban.

Abiy Ahmed contre les dirigeants dissidents du Tigré

Il y a quelques mois, les forces fédérales éthiopiennes avaient reçu l’appui de soldats venus d’Érythrée à la demande du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, qui avait proclamé en novembre la prise de Mekele, la capitale de la région éthiopienne du Tigré. Les troupes érythréennes sont depuis accusées d’atrocités, entre massacres, viols et pillages survenus au Tigré. Amnesty International et Human Rights Watch affirment qu’elles ont notamment tué des centaines de personnes en novembre 2020. La semaine dernière, Abiy Ahmed avait reconnu pour la première fois la présence de troupes érythréennes dans la région du Tigré après avoir longtemps nié les faits. Il avait aussi assuré que les troupes seraient retirées, après des discussions avec le président érythréen Issaias Afeworki.

CIM Internet