Paris Match Belgique

Agacé par un journaliste, Fabrice Luchini menace d’interrompre un direct

Fabrice Luchini cnews

La remarque du journaliste n'est pas passée. | © Belga Image

People et royauté

La remarque d’un journaliste a visiblement excédé l’acteur.

 

Ce jeudi 17 juin, Fabrice Luchini était avec Emmanuel Macron à Château-Thierry, la ville d’origine de Jean de La Fontaine, afin d’y défendre l’intérêt de la lecture. De fait, elle a été considérée comme cause nationale en 2021 en raison des difficultés que les Français rencontrent dans cette discipline. Pour l’occasion, plusieurs médias couvraient l’événement, dont CNews. Ainsi un journaliste de la chaîne de télévision a interrogé l’acteur sur ses échanges avec Emmanuel Macron, mentionnant notamment le confinement. Fabrice Luchini, grand défenseur de la langue française, a alors souhaité répondre en citant une fable, comme il aime le faire, celle de « L’ours et l’amateur de jardin ». Mais il a vite été interrompu par le journaliste qui s’est exclamé : »Vous n’allez pas la refaire quand même ? »

Lire aussi > Covid-19 : Fabrice Luchini s’excuse après son « coup d’humeur » contre le gouvernement

Une réponse qui a eu le don d’énerver l’acteur.  « Non pas du tout et pourquoi en plus, vous ne voudriez pas que je la refasse ? », lui a-t-il alors répondu. Le journaliste a tenté de calmer la situation en expliquant qu’on l’avait déjà vu réciter une fable à l’antenne, mais ça n’a pas apaisé la situation. « Vous êtes le symptôme de la modernité. Parce que vous croyez qu’une chose parce qu’elle a été faite, ça c’est le symptôme pitoyable… Mais je vais vous le dire gentiment, et gardez-le si vous êtes courageux, de ce qu’est, ce que Paul Valéry appelle ‘le pitoyable de la modernité. Parce que je l’ai dit une fois, alors que moi ça fait des milliers de fois que je le dis, et je ne vais pas vous le dire parce qu’en plus c’est gratuit, donc je ne joue jamais gratuitement. D’accord ? ». Fabrice Luchini a ensuite conclu visiblement très vexé. « Donc je me demande si je suis content de vous répondre, donc on va peut-être s’arrêter là, parce que je n’ai pas aimé votre réflexion. » 

CIM Internet