Paris Match Belgique

Katy Perry, féministe ou femme objet ?

"On peut être féministe et aimer le sexe" | © Belga / AFP - Valérie MAcon

People et royauté

Dans son nouveau clip réalisé par le duo franco-québécois Dent de Cuir, la chanteuse Katy Perry est transformée en un appétissant repas, après avoir été pétrie, malaxée et cuite au court-bouillon. Une illustration sans équivoque de l’équivalence classique entre l’appétit alimentaire et l’appétit sexuel.

Et les paroles de la chanson ne font pas non plus dans la dentelle : « Mange avec les doigts… Je suis au menu… Ouverte 24h/24… le client est roi ». Mais, il n’y a aucune incompatibilité assure-t-elle : « Ce n’est pas parce que vous êtes fémi­niste que vous n’aimez pas le sexe ! Parce que je suis enga­gée, je ne pour­rais pas me l’auto­ri­ser ? » argumente la chanteuse dans une interview accordée au Parisien.

Lire aussi > Katy Perry : « Durant mon enfance, l’homosexualité était synonyme d’abomination et d’enfer »

Une fille émancipée

Et il faut bien reconnaître que Katy Perry coche toutes les cases du girl power : la liberté sexuelle revendiquée, la réussite financière (elle a touché 20 millions de dollars pour participer au jury d’American Idol), une enfance dans une famille chrétienne très traditionaliste dont elle est parvenue à s’émanciper.  Et, cerise sur le gâteau, elle ne sort jamais sans son GoGirl une sorte de petit entonnoir qui permet aux filles d’uriner debout. « Je l’utilise quand je porte des robes extravagantes ou trop moulantes » a-t-elle expliqué au Ellen DeGeneres Show.

Avis partagés

Mais le girl power, remis à la mode par les Spice Girls dans les années 90 quand elles chantaient « Je veux sortir/ Je veux faire la fête / Et faire l’enfant / Parce que nous avons / Parce qu’elle a / le Girl Power… » est-il vraiment du féminisme ? Les avis sont partagés… Et certaines militantes soulignent que faire la fête ne suffira pas à régler les écarts de salaire entre les hommes et les femmes ou à éradiquer les violences conjugales.

Controverse et homophobie

Plus embêtant pour Katy Perry, la présence dans Bon appétit des rappeurs de Migos, accusés il y a quelques mois d’avoir tenu des propos homophobes. En réponse à une question sur le coming-out du rappeur IloveMakonne, les membres de Migos, avaient répondu : « Le monde ne tourne pas rond ». Des fans mécontents reprochent à la chanteuse d’avoir convié à son festin ces sulfureux artistes. Mais ces polémiques ne nuisent guère au succès de Bon Appétit : le clip cumule plus de 150 millions de vues en moins d’un mois.

 

CIM Internet