Paris Match Belgique

Sex fan des sixties : décès d’Anita Pallenberg, la rockstar des groupies

Keith Richards et Anita Pallenberg, 1977 | © Instagram @ Anita Pallenberg

People et royauté

Elles s’appelaient Patti, Bianca ou Pamela. Et puis Anita, la beauté incandescente à l’accent allemand. Muse des Rolling Stones et mère de trois enfants avec Keith Richards, elle s’est éteinte à 73 ans ce mardi. Sa légende, elle, est éternelle. 

L’histoire raconte qu’elle a rencontré les Rolling Stones en 1965, à Munich, avant que le groupe n’entre dans la légende. À l’époque, le fondateur du groupe, Brian Jones, faisait toujours partie des Stones, et c’est lui qui a craqué pour la liane blonde de 23 ans. Née à Rome sous l’occupation d’un père allemand, elle quitte l’école à 16 ans pour une carrière de mannequin entre New-York et Paris. Ce soir là, à Munich, elle tombe sous le charme du visage enfantin et de l’allure sulfureuse de Brian Jones. Il est beau, intelligent, et en plus, il parle allemand : la conversation entamée ce soir-là durera deux ans, deux ans d’une relation faite d’acide et de disputes terribles. Jusqu’à la rupture en 1967, lors de vacances au Maroc. Ivre, drogué, Brian Jones tente de la frapper. C’est Keith Richards qui s’intercepte, la protège, et la ramène en Angleterre.

Lire aussi > L’hommage d’Iman Bowie à David pour leurs 25 ans de mariage

 

Brian Jones et Anita Pallenberg au 20e Festival de Cannes, en 1967 – Belga / EPA

Belle et rebelle

Deux ans plus tard, Brian Jones est retrouvé mort dans une piscine, tandis qu’Anita et Keith sont aux prises avec leur propre noyade. Sur le tournage de Performance, où elle partage l’affiche avec Mick Jagger, Anita a découvert l’héroïne, et elle et Keith sont au plus fort de leur addiction. Leur fils, Marlon, naît en 1969, puis une fille, Angela, en 1972. Un deuxième fils, tara, naît en 1976, mais succombe à quelques semaines seulement de la mort subite du nouveau né. Chez Keith et Anita, pas de place pour la routine, le couple est rock’n’roll à la scène comme à la ville. après le décès de Tara, la mère de Keith prend en charge l’éducation d’Angela, accusant Anita d’être une mauvaise mère. Ce qu’elle conteste, prenant l’éducation de son fils Marlon en exemple : « il était toujours avec nous, partout, on le faisait dormir dans l’avion, sur des lits de fortune en coulisses. Il a appris les maths dans les ascenceurs, en pressant les boutons. Il aime dire qu’il n’a pas eu une enfance normale, mais il c’est un adulte tout ce qu’il y a de plus respectable aujourd’hui. Keith et moi, on s’est rebellés contre le carcan de la société, et Marlon s’est rebellé en le rejoignant ».

« Un grain de folie »

D’elle, Jo Bergman, secrétaire particulière des Stones de 1967 à 1973, dit que « Anita est une Rolling Stone. Elle, Mick, Keith et Brian étaient les Rolling Stones. Son influence sur le groupe a été remarquable, elle mettait toujours un grain de folie ». Tony Sanchez, le bodyguard de Keith Richards, la décrit quant à lui comme une « véritable force vitale, tellement puissante et déterminée que les hommes se reposaient sur elle ». Certains arrangements de Beggars Banquet ne lui plaisent pas ? Mick Jagger exige que les morceaux repassent au studio. Et l’invite à se fondre aux choeurs de Sympathy for the devil. 

Lire également > Roger Waters : « Mon disque et ma tournée sont un combat »

 

Anita Pallenberg, Keith Richards et leur son Marlon – Belga / ALPHAPRESS/MAXPPP

Légende vivante

En 1980, la romance d’Anita Pallenberg avec Keith Richards prend fin, mais la belle ne se range pas pour autant. Alternant entre sa maison de Chelsea et sa résidence secondaire de Rome, elle passe des plateaux de tournage aux tables de mixage et devient une DJ appréciée de la scène underground londonienne. Hépatite C, prothèse de la hanche, rien ne l’arrête. En 2001, elle joue le Diable dans un épisode d’Absolutely Fabulous, avec, dans le rôle de Dieu, l’ex petite amie de Mick Jagger, Marianne Faithfull. Stones un jour, Stones toujours… Dans une interview, il y a quelques années, Anita Pallenberg s’inquiètait du temps qui passe, soulignant que « tout à coup, il est 3 heures du matin, vous avez 80 ans, et vous ne vous rappelez plus quel effet ça fait d’avoir les pensées de quelqu’un de 20 ans ou le coeur d’un enfant de 10 ans ». Elle est partie avant d’y arriver, à 73 ans.

CIM Internet