Paris Match Belgique

Pourquoi la reine Elizabeth II fait-elle compter les cygnes de la Tamise ?

elizabeth II cygnes

Image d'illustration. | © ABACAPRESS.

People et royauté

Tous les ans en juillet – hormis l’an passé en raison de l’épidémie de Covid-19 -, la reine Elizabeth II fait compter les cygnes de la Tamise. Explications.

D’après un article Paris Match France de Dominique Bonnet

Dans le royaume de sa Gracieuse Majesté, il est des traditions bien insolites. Comme celle de la cérémonie du Swan Upping par laquelle, tous les ans durant la troisième semaine de juillet, les cygnes qui vivent sur la Tamise sont recensés. Et ce, au nom de la reine Elizabeth II.

Lire aussi > Elizabeth II, tout sourire en Ecosse pour débuter sa « Holyrood Week » avec William

Une possession des rois britanniques depuis le XIIe siècle

Mais pourquoi donc la souveraine s’intéresse-t-elle tout particulièrement à ces majestueux oiseaux qui glissent sur les eaux de sa capitale ? Tout bêtement, parce que ceux-ci lui appartiennent. Un héritage qu’elle tient de bien lointains ancêtres. Il faut en effet remonter au XIIe siècle pour retrouver l’instauration du Swan Upping, la Couronne ayant à l’époque revendiqué la possession de tous les cygnes tuberculés. Pour la simple et bonne raison que ceux-ci « étaient considérés comme une nourriture importante pour les banquets et les fêtes », peut-on lire sur le site de la Monarchie britannique. Lequel précise que, aujourd’hui, « la Couronne conserve le droit de propriété sur tous les cygnes tuberculés non marqués en eau libre, mais la Reine exerce principalement ce droit sur certains tronçons de la Tamise et de ses affluents environnants. Cette propriété est partagée avec les Vintners’ and Dyers Livery Companies qui ont obtenu des droits de propriété de la Couronne au XVe siècle ».

Désormais, si les cygnes anglais ne figurent plus à la table royale, il est toujours d’usage d’en connaître le nombre tous les ans. D’où cette cérémonie du Swan Upping menée par le Queen’s Swan Marker (le Marqueur de cygnes de la Reine), accompagné des Swan Uppers des Vintners’ and Dyers Livery Companies, à bord de yoles traditionnelles et en tenues écarlates portant le monogramme d’Elizabeth II. Et parfois en sa présence.

La reine Elizabeth II lors de la cérémonie «Swan Upping» de recensement des cygnes de la Tamise, le 20 juillet 2009
La reine Elizabeth II lors de la cérémonie « Swan Upping » de recensement des cygnes de la Tamise, le 20 juillet 2009. © Nunn Syndication / News Pictures.

Durant cinq jours – seulement trois cette année en raison de la crise sanitaire – les jeunes individus sont comptés, afin de s’assurer que la population de cygnes de la Tamise est maintenue, dans un souci de sauvegarde de la faune. Ils sont pesés et mesurés pour obtenir des estimations des taux de croissance. Les oiseaux sont en outre examinés pour détecter tout signe de blessures, généralement causées par des hameçons ou des lignes de pêche. « Avec l’aide du Queen’s Swan Warden (le Gardien des cygnes de la Reine, NDLR), le professeur Christopher Perrins de l’Université d’Oxford, les cygnes et les jeunes cygnes sont également évalués pour tout signe de maladie », peut-on lire. Ce dernier, qui assure un rôle scientifique et non cérémoniel, s’occupe aussi de baguer les cygnes avec des numéros d’identification.

Lire aussi > Meghan et Harry forcent la main d’Elizabeth II avec une demande éhontée

Le Queen’s Swan Marker ne se limite pas à ce recensement et à livrer le rapport annuel qui en découle. Il intervient auprès des scolaires, assure des conférences et travaille étroitement avec des organisations de sauvetage des cygnes dans le pays, mais aussi celles de pêche et de navigation de plaisance sur la façon de cohabiter avec la faune.

CIM Internet