Paris Match Belgique

L’Aston Martin du prince Charles roule au vin et au fromage

prince charles aston martin

Le prince Charles conduit son Aston Martin DB6 depuis plus de 50 ans. | © REBECCA NADEN / POOL / AFP.

People et royauté

L’Aston Martin du prince Charles ne roule pas à n’importe quelle essence mais au bioéthanol à base de vin et de fromage.

D’après un article Paris Match France de S.L.

Le prince Charles est féru de jolies voitures, une passion transmise par la reine Elizabeth II et le prince Philip. Parmi ses bolides préférés figurent ainsi les modèles d’Aston Martin. Depuis plus de 50 ans, il possède lui-même une Aston Martin DB6 bleue, un véhicule que la Queen lui avait offert pour son 21ème anniversaire et qui roule désormais au bioéthanol… à base de vin blanc et de lactosérum, issu du processus de fabrication du fromage.

Lire aussi > George, jeune prince engagé pour l’écologie : L’anecdote du prince William

Cette anecdote avait été racontée par le prince de Galles en personne. Auprès de la presse, le père des princes William et Harry avait expliqué qu’il avait converti son Aston Martin en 2008 pour en réduire les effets polluants. Il avait alors directement demandé au célèbre concessionnaire de passer au bioéthanol en utilisant la combinaison de vin blanc et de fromage. Surpris par cette idée, Aston Martin avait accueilli cette requête avec scepticisme. « Les ingénieurs d’Aston ont dit : ‘Oh, ça va tout gâcher.’ J’ai dit : ‘Eh bien, je ne la conduirai pas alors’, du coup ils ont persévéré et maintenant ils admettent qu’elle fonctionne mieux et qu’elle est plus puissante avec ce carburant qu’avec l’essence. Et aussi, ça sent bon pendant que vous conduisez », avait-il dit au journal The Telegraph en 2018.

Lire aussi > Élisabeth a 20 ans : comment la future reine s’est transformée

Le bioéthanol est généralement composé de végétaux contenant du saccharose (betterave, canne à sucre…) ou de l’amidon (blé, maïs…). Ces produits sont ensuite transformés par fermentation du sucre extrait de la plante sucrière ou par hydrolyse enzymatique de l’amidon contenu dans les céréales. Rien de très étonnant, donc, que le futur roi d’Angleterre ait choisi le vin blanc ou le fromage. Original, toutefois.

CIM Internet