Paris Match Belgique

Meghan Markle multiplie les signes d’une entrée en politique : L’analyse de Stéphane Bern

meghan markle politique

Meghan Markle le 25 septembre 2021. | © Angela Weiss / AFP.

People et royauté

Meghan Markle, la célèbre duchesse de Sussex, aurait-elle des ambitions politiques ? Chaque semaine, Stéphane Bern décrypte l’actualité royale avec un nouveau rendez-vous : Côté Cours.

Les médias américains en frémissent d’excitation. Meghan Markle, la célèbre duchesse de Sussex, multiplie les signes d’une entrée dans la sphère politique. Engagée publiquement en faveur du congé parental, elle a commencé par écrire une lettre envoyée aux leaders démocrates du Congrès américain, Chuck Schumer et Nancy Pelosi, afin que cette mesure soit intégrée dans le plan de relance du président américain Joe Biden. Sans grand succès dans un premier temps. Mais le site internet Politico révèle que la duchesse n’a pas renoncé à défendre sa proposition en appelant, en numéro privé, des sénateurs, républicains comme démocrates, pour les inciter à voter en faveur de ces congés rémunérés.

L’épouse du prince Harry a d’abord appelé la sénatrice Shelley Moore Capito, surprise de recevoir ce coup de fil. « Honnêtement… je pensais que c’était le sénateur [Joe] Manchin. Ses appels sont bloqués », a déclaré la sénatrice au média en expliquant que Meghan Markle s’était présentée en tant que duchesse de Sussex.

Par la suite, la jeune maman d’Archie et Lilibet a suivi le même procédé pour appeler la sénatrice républicaine du Maine, Susan Collins. « J’étais heureuse de parler avec elle. Mais je suis plus intéressée par ce que les habitants du Maine me disent à son sujet, a expliqué la sénatrice à Politico. À ma grande surprise, elle m’a appelé sur ma ligne privée et elle s’est présentée comme la duchesse de Sussex, ce qui est assez ironique ». Si les deux sénatrices ne s’attendaient pas à avoir Meghan Markle au téléphone, un porte-parole de la sénatrice Kirsten Gillibrand, une démocrate de New York convaincue par le sujet, a confirmé qu’elle lui avait donné ces numéros.

Et, l’épouse du prince Harry n’a pas fini de leur téléphoner. « Elle va en appeler d’autres », a prévenu Kirsten Gillibrand, d’après Politico. Avant de poursuivre : « Elle veut faire partie d’un groupe de travail pour travailler sur le congé payé à long terme et elle va le faire. Que cela se concrétise maintenant ou plus tard, elle fera partie d’un groupe de femmes qui, espérons-le, travailleront ensemble sur le congé payé ». Au mois d’octobre dernier, Meghan Markle s’était déjà adressée au Congrès à travers une lettre percutante afin de plaider pour les congés familiaux payés. Admettant avoir été « débordée » à la naissance de ses enfants et se présentant comme « une citoyenne engagée et un parent », Megan Markle a fait savoir qu’ « aucune famille ne devrait avoir à choisir entre gagner sa vie et avoir la liberté de prendre soin de son enfant ». Pour elle, « le congé devrait être un droit national ».

Maudite famille

Pour autant, sa carrière de femme politique pourrait être compromise par le parasitage des membres de sa propre famille. Après le père, la sœur, c’est au tour du frère aîné de Meghan Markle, Thomas Jr, de s’en prendre à sa cadette. L’homme de 55 ans participe actuellement à la version australienne de Big Brother. Dans le premier épisode de l’émission, diffusé récemment, Thomas Jr s’est complètement lâché, qualifiant Meghan de personne « blasée, superficielle et vaniteuse ».  Face aux autres participants consternés, il est également revenu sur l’interview accordée à Oprah Winfrey, au cours de laquelle la duchesse de Sussex confiait avoir eu des pensées suicidaires. « Je n’y crois pas à 100%. Elle savait dans quoi elle mettait les pieds », a-t-il estimé, tout en se faisant donneur de leçon et clamant que « l’argent et la célébrité lui sont montés à la tête ». « Si on est payé 4 millions de dollars par an, pour faire la révérence, serrer des mains, prendre des photos et s’occuper de quelques œuvres de charité, c’est quand même un peu le jackpot. Alors fais ton boulot, et arrête de geindre ».

Plein de compassion, et animé sans doute des meilleures intentions, le frère aîné de la duchesse avait même été plus loin en envoyant une lettre directement au prince Harry, pour le prévenir que Meghan allait « ruiner sa vie ». Pour lui, ce n’est d’ailleurs plus qu’une question de temps avant que le couple ne se sépare. D’ailleurs d’après le quinquagénaire, Harry ne serait plus heureux avec Meghan, « sur toutes les photos précédentes, il avait le sourire aux lèvres. Et sur toutes celles d’après, il ne l’a plus », présume-t-il, tout en lui présageant un destin similaire à l’ex-époux de la duchesse. « Le type avec qui elle était mariée la première fois, Trevor (Engelson) (…) Ce type s’occupait d’elle, il l’adorait. Et elle lui a marché dessus et l’a largué aussi vite. Après la rupture, elle lui a envoyé la bague par la poste. Harry est le prochain sur la sellette ». Malgré ces attaques d’une violence inouïe, Thomas Markle Jr a tenu à préciser tout de même qu’il « aimait » sa sœur, qu’il n’a plus revue depuis dix ans, et serait prêt à tout pour rencontrer son neveu Archie et sa nièce Lilibet. Il est à craindre que ses déclarations ne favorisent pas un rapprochement familial ! Thomas Jr conforte l’adage populaire selon lequel « on n’est jamais mieux trahi que par les siens ».

CIM Internet