Paris Match Belgique

Meghan réaffirme sa position sur le congé parental : «C’est une question humanitaire»

meghan markle

Meghan Markle le 25 septembre 2021. | © Angela Weiss / AFP.

People et royauté

Meghan Markle a assisté à un sommet virtuel pour le New York Times, réaffirmant sa position sur la mise en place d’un congé parental pour tous les Américains. «C’est une question humanitaire», a-t-elle dit.

D’après un article Paris Match France de S.L.

Fin octobre, Meghan Markle avait publié une lettre pour exhorter le Congrès américain à garantir un congé parental à tous les Américains. Dans sa missive, l’épouse du prince Harry et maman de Archie (2 ans) et de Lilibet (5 mois), avait évoqué sa propre expérience personnelle, confiant, tout en reconnaissant qu’elle évolue dans un environnement privilégié, qu’elle avait été «débordée» à la naissance de sa fille.

«Je ne suis pas élue ni une femme politique. Je suis, comme beaucoup, une citoyenne engagée et une mère. En juin, mon mari et moi avons accueilli notre deuxième enfant. Comme tous les parents, nous étions très heureux. Comme beaucoup de parents, nous étions débordés. Comme moins de parents, nous n’avons pas été confrontés à la dure réalité, qui est de choisir entre passer ces premiers mois critiques avec notre bébé ou reprendre le travail. Nous savions que nous n’aurions pas à faire d’impossibles choix en termes de garde d’enfants, d’emploi et de soins médicaux que tant de personnes doivent faire chaque jour. Aucune famille ne devrait faire face à ces décisions», avait-elle dit.

« Franchement, je ne vois pas cela comme un sujet politique »

Mardi 9 novembre 2021, la duchesse de Sussex participait à un sommet virtuel, « DealBook », organisé pour le magazine The New York Times. Questionnée par le journaliste Andrew Sorkin au côté également de la femme d’affaires Mellody Hobson, Meghan est revenue sur la question du congé parental. «Je suis sûr qu’il y a beaucoup de personnes qui se demandent « pourquoi est-ce un sujet pour elle ? » alors qu’elle vient d’un milieu privilégié», a dit Andrew Sorkin. «Mon mari dit souvent « un grand pouvoir implique de grandes responsabilités ». Mais même avant cela, quand ma vie était très très différente, je me battais pour ce qui était juste. Je suis partie longtemps, j’ai vécu au Canada pendant sept années, puis j’ai déménagé au Royaume-Uni, puis je suis revenue. Maintenant mère de deux enfants, lorsque je vois que les Etats-Unis sont l’un des six pays au monde à n’offrir aucun type de congé parental rémunéré, je me suis dit que j’allais m’investir, passer quelques appels. Pour moi cela semble être vraiment une chose logique et évidente à faire», a-t-elle dit.

Réfutant toute ambition politique derrière ses tentatives de faire passer cette question au Congrès américain, Meghan Markle a ajouté : «Franchement, je ne vois pas cela comme un sujet politique. Il existe un précédent au sein de la famille de mon mari, la famille royale, de ne pas s’impliquer en politique. De mon point de vue, c’est une question humanitaire», a-t-elle dit, évoquant ensuite les bienfaits du congé parental, que cela soit socialement ou économiquement.

Plus tard lors de sa conversation, Meghan Markle a aussi évoqué son «éthique du travail» hérité de ses «deux parents», révélant qu’elle avait vendu lorsqu’elle était enfant des «chouchous» personnalisés pour se faire un peu d’argent de poche. «Je devais avoir 8 ou 9 ans. (…) Je les fabriquais et je les vendais pour 5 dollars. Je me souviens avoir ressenti cette fierté d’avoir fait ce travail, et d’avoir été compensée pour ça. (…) Cela m’avait donné un sentiment de satisfaction. Et ça pour les femmes, surtout celles qui sont à la maison pour élever leurs enfants, c’est aussi un travail, c’est simplement qu’il n’est pas rémunéré. Et on doit reconnaître leur travail», a-t-elle conclu.

CIM Internet