Paris Match Belgique

Cette attitude douteuse et déplacée du prince Harry qui laissait présager la suite

Harry en avril 2021. | © Victoria Jones / POOL / AFP

People et royauté

Le Duc de Sussex ne prenait plus de pincettes pour exprimer son ras-le-bol.

Parler de relations fraîches entre le prince Harry et les médias britanniques serait un pléonasme. Épié par les paparazzi depuis sa plus tendre enfance, il voue une haine froide à une certaine presse qu’il juge en partie responsable de la mort de Diana. Mais celle-ci a pris une tout autre dimension lors de son fameux voyage officiel en Australie avec Meghan Markle en 2018.

« Il ne supporte pas les médias »

« Il y a eu une longue et incroyablement ennuyeuse cérémonie de bienvenue à Fidji. Et c’était très intéressant de les regarder tous les deux, parce que Meghan était assise absolument parfaitement sur un petit trône, pendant que le prince Harry foudroyait la presse du regard », s’est rappelée Valentine Low, correspondante du Times, dans le documentaire explosif de la BBC. « Il était fâché avec les médias, et il a passé toute la cérémonie de bienvenue à nous foudroyer du regard. (…) Harry ne supporte pas les médias. Il a une réaction viscérale aux caméras, aux articles, aux journalistes », a-t-elle précisé. Jusque là, rien d’anormal pour le duc de Sussex, encore membre de premier plan de la monarchie à ce stade.

Merci beaucoup d’être venus… Pas que vous ayez été invités.

Mais Jonny Dymond, journaliste pour la chaîne britannique, y rapporte une anecdote moins glorieuse à son sujet. Faisant un trajet en avion avec les médias comme c’est parfois le cas lors de voyages officiels, le prince Harry aurait volontairement fait semblant de vomir comme pour leur faire comprendre ce qu’ils pensaient d’eux. « Merci beaucoup d’être venus… Pas que vous ayez été invités », aurait-il glissé, acerbe. La suite des événements est connue, scellée par le « Megxit » le 8 janvier 2020.

CIM Internet