Paris Match Belgique

Les accusatrices de James Franco déplorent qu’il « continue de minimiser » leur parole

james franco agressions sexuelles

James Franco en 2019. | © VALERIE MACON / AFP.

People et royauté

Deux femmes qui ont accusé James Franco de harcèlement et d’abus sexuels se sont exprimées jeudi pour réagir aux propos tenus par l’acteur dans une interview parue cette semaine.

D’après un article Paris Match France de S.L.

Il y a près de quatre ans, James Franco avait été accusé de harcèlement, d’abus sexuels et de comportements inappropriés par plusieurs femmes, dont d’anciennes étudiantes d’une école d’acteurs qu’il avait montée. Les accusatrices avaient affirmé que le comédien hollywoodien avait abusé de son pouvoir pour répéter des scènes de nu contraintes. « Il faisait toujours ressentir à tout le monde qu’il pouvait y avoir des rôles en jeu si on était prêtes à jouer des actes sexuels ou à enlever notre haut », avait assuré une plaignante dans une enquête publiée en 2018 dans le Los Angeles Times.

Lire aussi > Une actrice accuse James Franco d’être un prédateur sexuel attiré par les mineurs

« Je n’aurais pas dû »

Cette semaine, dix mois après que James Franco a signé un accord à plus de 2 millions de dollars avec deux de ses accusatrices, Sarah Tither-Kaplan et Toni Gaal, l’acteur de 43 ans a donné une interview à la radio, démentant notamment avoir eu des relations contraintes avec des élèves inscrites à un cours intitulé « scènes de sexe » et assurant n’avoir eu que des relations sexuelles « consenties » avec certaines d’entre elles. « Ce n’était pas un plan machiavélique de ma part (…) mais oui, il y a eu des cas où j’ai eu quelque chose de consenti avec des étudiantes et je n’aurais pas dû », a-t-il dit dans une sorte de « mea culpa ». Pour sa défense, James Franco a évoqué ses addictions aux drogues et à l’alcool lorsqu’il était adolescent, estimant les avoir remplacées à l’âge adulte par une addiction au sexe et à sa propre célébrité. « Je suppose qu’à l’époque, je pensais ‘si c’est consenti, c’est OK’ », avait-il ajouté, reconnaissant ensuite que « ce n’est probablement pas cool ».

Lire aussi > Pour la première fois, James Franco reconnaît avoir couché avec plusieurs de ses étudiantes

Après ses déclarations, Sarah Tither-Kaplan et Toni Gaal, par l’intermédiaire de leurs avocats, ont tenu à réagir jeudi 23 décembre 2021. Les deux femmes ont estimé que James Franco s’était montré « insensible » dans ses propos en refusant d’admettre un comportement « méprisable ». « En plus de rester aveugle sur la dynamique de pouvoir qu’il imposait, (il) est complètement insensible et, apparemment, ne se soucie toujours pas de l’immense peine et de la souffrance qu’il a fait subir à ses victimes avec cette imposture d’école de théâtre. Il est incroyable que, même après avoir passé un accord, il continue de minimiser les expériences des survivantes et d’ignorer leur douleur, bien qu’il reconnaisse qu’il n’avait aucune raison de monter une telle école en premier lieu. Ce n’est pas un malentendu sur le nom d’un cours, ce n’est pas le résultat d’un surmenage – c’était et cela reste une conduite méprisable », ont-elles conclu selon un communiqué repris par People.

CIM Internet