Paris Match Belgique

Défigurée par un soin esthétique, Linda Evangelista se montre enfin

linda evangelista

Linda Evangelista en mai 2012. | © EMMANUEL DUNAND / AFP

People et royauté

L’ancien mannequin Linda Evangelista a accepté de poser pour People, se montrant enfin après avoir été « défigurée » par un soin esthétique.

 

Elle a été l’une des femmes les plus photographiées au monde mais vivait dans l’obscurité depuis cinq ans. Linda Evangelista, «défigurée» par un traitement esthétique, est enfin prête à revenir sous le feu des projecteurs. Le top-modèle, ayant défilé pour les plus grands créateurs, a accepté de poser de poser pour People et s’est confiée sur ces années passées à se cacher après avoir été «déformée» et «brutalement défigurée», selon ses dires.

Le mannequin de 56 ans a intenté une action en justice en septembre dernier, réclamant 50 millions de dollars à la société
à l’origine de tous ses maux. «J’adorais être sur le podium. Maintenant, j’ai peur de croiser quelqu’un que je connais», a-t-elle dit au magazine américain, dont elle fait la Une cette semaine. «Je ne peux plus vivre comme ça, dans la clandestinité et la honte. Je ne peux plus vivre dans cette douleur. Je veux enfin parler», a-t-elle déclaré.

« Je ne me reconnais plus »

Dans les mois qui ont suivi les traitements, Linda Evangelista a commencé à remarquer des gonflements au niveau du menton, des cuisses et de la poitrine. Ces zones, qu’elle souhaitait initialement affiner, ont gonflé et se sont durcies soudainement. «J’ai essayé d’arranger les choses moi-même, pensant que j’avais fait quelque chose de mal», a confié la Canadienne, précisant qu’elle a commencé à suivre un régime et à faire du sport. «Je suis arrivé au stade où je ne mangeais pas du tout. Je pensais que je perdais la tête», peut-on lire.

Elle a ensuite raconté qu’en juin 2016, les médecins lui disent qu’aucun régime et qu’aucun sport ne pourraient régler son problème, et qu’elle souffrait d’une hyperplasie adipeuse paradoxale, un effet secondaire qui touche moins de 1% des patients ayant touché à ce traitement esthétique. «Je ne me regarde pas dans le miroir. Ça ne me ressemble pas», a ajouté celle qui a fait la Une de plus de 700 magazines au cours de sa carrière. «Aucun mannequin n’était aussi super que Linda», avait même déclaré la papesse de la mode, Anna Wintour. Cette dernière l’avait choisie à onze reprises pour être en couverture de Vogue.

«Pourquoi ressentons-nous le besoin de faire ces choses [à notre corps] ? J’ai toujours su que je vieillirais. Et je sais qu’il y a des choses qu’un corps traverse. Mais je ne pensais pas que je ressemblerais à ça. Je ne me reconnais pas physiquement, mais je ne me reconnais plus non plus en tant que personne. Elle [le mannequin de l’époque, ndlr] est en quelque sorte partie», a-t-lâché. Linda Evangelista reste optimiste et espère que le fait que partager son traumatisme apportera du réconfort à d’autres personnes souffrant de situations similaires.

CIM Internet