Paris Match Belgique

Prince Andrew : Le geste financier désespéré de la reine Elizabeth II pour son fils adoré

La reine, Charles et Andrew en 2013. | © CARL COURT / AFP

People et royauté

Le duc de York a trouvé un accord financier avec Virginia Roberts Giuffre, son accusatrice.

Le calice jusqu’à la lie. En optant pour un accord à l’amiable plutôt qu’un procès aux États-Unis, le prince Andrew a choisi le déshonneur. Au Royaume-Uni, l’opinion publique n’a jamais été aussi critique à l’égard du playboy déchu. Après l’annonce, la députée travailliste de la ville de York a demandé à ce que son titre de Duc lui soit retiré immédiatement et le journaliste Piers Morgan n’a pas hésité à qualifier le prince de « petit lâche pleurnichard ». Ce que certains déplorent aussi, c’est le rôle de la reine dans l’issue de cette scandaleuse affaire.

Coupe de pouce

Selon plusieurs médias britanniques, Andrew a accepté de payer 12 millions de livres pour s’éviter un procès explosif avec Virgnia Roberts Giuffre. Une somme conséquente pour celui qui a récemment dû vendre son chalet suisse pour éponger ses dettes et payer son bataillon d’avocats. Aujourd’hui, on apprend qu’Elizabeth II aurait elle-même pris en charge 2 millions de livres. La somme a été versée directement à l’association de la plaignante, lit-on dans le Mirror. Un coup de pouce de plus pour venir en aide à son fils. La souveraine, qui a touché une dotation royale (la fameuse Sovereign Grant, Ndlr) d’un montant de 86.3 millions de livres pour l’année 2021-2022, aurait toutefois puisé dans ses propres deniers. Le rôle du prince Andrew au sein de la monarchie n’a jamais été aussi flou et Buckingham Palace s’est refusé à tout commentaire sur le sujet. 

{{1}}

CIM Internet