Paris Match Belgique

Elizabeth II : La remarque savoureuse et annonciatrice de la reine au sujet de Vladimir Poutine

Poutine et Elizabeth II le 24 juin 2003. | © TOBY MELVILLE / POOL / AFP

People et royauté

Un commentaire piquant de la souveraine refait surface.

Juin 2003. Vladimir Poutine, président de la Russie depuis le 31 décembre 1999 et la démission surprise de Boris Eltsine, se rend à Londres. Un voyage de quatre jours durant lequel l’ancien agent du KGB va s’entretenir avec Tony Blair, alors Premier ministre, mais aussi Elizabeth II. Déjà à cette époque, la reine, rompue à l’exercice, avait vu juste au sujet de celui qui fait aujourd’hui trembler l’Europe.

À l’instinct

C’est David Blunkett, ancien Home Secretary (ministre de l’Intérieur, Ndlr), qui a relaté l’anecdote dans les médias britanniques. L’homme politique, aveugle de naissance, s’était rendu à la cérémonie londonienne avec son chien-guide. L’animal se serait montré particulièrement méfiant à la vue du président russe. « La seule fois où j’ai rencontré Vladimir Poutine, c’était en 2003 lors d’une visite officielle et mon chien de l’époque a aboyé très fort« , s’est-il rappelé sur la BBC. Blunkett s’est alors confondu en excuses, ce à quoi Elizabeth II aurait répondu : « Les chiens ont des instincts intéressants, n’est-ce pas ? » Une petite phrase piquante, prophétique et peu protocolaire qui prouve que les instincts de la reine sont eux aussi infaillibles. 

ALEXEY PANOV / POOL / AFP
CIM Internet