Paris Match Belgique

Louis Bertignac sur la fin de Téléphone : « Jean-Louis (Aubert) n’acceptait pas ce que j’apportais »

Louis Bertignac sur la fin de Téléphone : « Jean-Louis (Aubert) n’acceptait pas ce que j’apportais »

Dans le salon, des vinyles et un disque d’or sous la bonne garde de Rio, 1 an, l’un de leurs deux bergers allemands. | © Vincent Capman

People et royauté

Guitariste incisif de l’un des meilleurs groupes de rock français, producteur, coach de « The Voice » et bête de scène. Dans Jolie petite histoire, Louis Bertignac couche pour la première fois par écrit ses mille vies, un parcours tout en riffs de musicien au long cours, jalonné de rencontres et d’épreuves intimes. Premiers extraits d’une interview vérité.

 

D’après un article Paris Match France, une interview de Benjamin Locoge

Dans un coin de la pièce, un disque d’or reçu par Téléphone en 1982. Quelques guitares ornent les murs du salon, près d’un piano principalement utilisé par Jack, son fils. Ici, au sud de Paris, Louis Bertignac semble vivre sa meilleure vie avec Lætitia. Celle qui lui a permis de rebondir après une rupture amoureuse compliquée avec la mère de ses filles aînées. C’est elle qui l’a convaincu de se dévoiler avec une sincérité désarmante dans son autobiographie : enfance, musique, drogue, sexe, Téléphone, Carla Bruni, « The Voice »… Assis devant la cheminée – l’espace fumeurs –, un café à la main, Louis Bertignac s’apprête à refaire l’histoire.

Paris Match. Vous croisez la route de Jean-Louis Aubert au lycée…
Louis Bertignac. Avant lui, j’ai connu plein de musiciens. Mais JeanLouis m’a conforté. Dès le premier jour, il m’a dit: “Je veux être musicien.” Je n’avais jamais vu ça comme une profession. Avec lui, la musique est devenue mon futur.

(…)

À propos de Jean-Louis vous écrivez : “Entre nous, il n’y a plus de tension, plus de passion non plus. On est des ex sur le plan artistique.[…] On s’aimait”…
Oui, on s’aimait tous vraiment dans Téléphone. On était tous prêts à donner nos vies pour sauver l’autre. On avait construit un groupe dont on se devait d’être responsables, quelque chose qui correspondait à ce dont on rêvait quand on était gosses. Aujourd’hui, je ne donnerais plus ma vie pour eux, parce que je la donnerais pour ma femme et mes enfants.

Lire aussi > Louis Bertignac s’est marié avec Laetitia dans le plus grand secret

Êtes-vous responsable de la fin du groupe?
On peut dire ça comme ça. Corine a essayé de réparer les pots cassés entre Jean-Louis et moi, mais j’en avais marre. Jean-Louis n’acceptait pas ce que j’apportais. Je ne le supportais plus. Il avait l’impression que Téléphone, c’était lui et point barre. Donc, autant aller voir ailleurs en faisant mon disque solo. On s’est engueulés. Et on n’en a plus jamais reparlé.

Retrouvez l’intégralité de notre grande interview et des photos exclusives dans le numéro PMB1077 de Paris Match Belgique.

CIM Internet