Paris Match Belgique

Angelina Jolie évacuée lors de sa visite inattendue en Ukraine

Angelina Jolie s'est rendue en Ukraine.

Angelina Jolie. | © SAUL LOEB / AFP

People et royauté

Surprise, Angelina Jolie était de passage en Ukraine ce week-end. Mais alors qu’elle échangeait avec des réfugiés à la gare de Lviv, l’actrice a été évacuée.

C’est en sa qualité d’émissaire de l’ONU qu’Angelina Jolie s’est rendue en Ukraine. Lors de cette visite surprise, l’actrice américaine a d’abord été aperçue dans un café de Lviv samedi 30 avril, prenant volontiers la pose avec quelques curieux. La star s’est également rendue à la gare centrale de Lviv « pour accueillir les Ukrainiens arrivant par un train d’évacuation de Pokrovsk, une ville de l’oblast de Donetsk », comme l’a précisé le journal The Kyiv Independent sur Twitter.


La visite d’Angelina Jolie a malheureusement été écourtée puisque l’actrice a été contrainte d’évacuer la gare, sous le son des sirènes. Sur les images la montrant quitter les lieux précipitamment, l’ex-épouse de Brad Pitt garde son sang-froid. Interrogée par un Ukrainien qui lui demande si elle a peur, l’actrice et réalisatrice de 46 ans répond : « Non, je vais bien (…). Prenez soin de vous ! »


Le gouverneur de la région de Lviv Maxim Kozytsi a expliqué sur sa chaîne Telegram que la star avait également passé du temps dans un hôpital, avec les enfants blessés par le bombardement survenu devant la gare de Kramatorsk, le 8 avril dernier. Une attaque russe qui a coûté la vie à plus de 50 civils.


A l’hôpital, Angelina Jolie a notamment fait la connaissance de Rinat, petit garçon que Paris Match avait rencontré à Dnipro, après l’attaque de Kramatorsk.

« En plus des millions de personnes qui ont fui les frontières de l’Ukraine, près de 2 millions de personnes sont déplacées à l’intérieur de leur pays, dont beaucoup sont piégées par les combats, privées d’accès à l’aide et en danger physique direct, avait-elle écrit sur son compte Instagram, le 15 mars dernier. Sans la fin de la guerre, les enfants paieront le prix le plus élevé – en traumatismes, en enfances perdues et en vies brisées».

CIM Internet