Paris Match Belgique

Jonathan Cohen, ses confidences sur sa compagne la DJ Piu Piu

jonathan cohen

Jonathan Cohen lors de la 5ème saison du Festival Canneseries, le 6 avril 2022. | © ABACAPRESS.

People et royauté

En pleine promotion de sa série Le Flambeau, les aventuriers de Chupacabra, Jonathan Cohen s’est laissé aller à quelques rares confidences dans une interview pour le magazine Elle.

D’après un article Paris Match France de L.T

L’homme aux milles et une facettes. Après La Flamme, Jonathan Cohen est de retour sur nos écrans dans Le Flambeau, les aventuriers de Chupacabra, la suite de la série, diffusée depuis le 23 mars sur Canal+. Une parodie humoristique de l’émission « Koh-Lanta » dans lequel il se glisse une nouvelle fois dans la peau de Marc, un personnage déjà bien connu du grand public.

Côté vie privée, l’acteur français de 41 ans est bien loin de son personnage de La Flamme. L’amour, lui il le vit depuis quatre ans avec la DJ Piu Piu. Et ce rôle « d’homme de la maison », il préfère en rire. « Nous avons tous été élevés dans cette culture où tout nous pousse à entrer dans des moules absurdes : moi, je pensais que si je n’étais pas tout le temps fort, aucune femme ne m’aimerait », a-t-il expliqué dans les colonnes du magazine Elle.

« J’étais prêt à avoir une relation différente »

Et pour ce qui est des relations, le papa de Gloria a une vision bien précise. « Quand j’ai rencontré Piu Piu, je sortais d’une histoire où il y avait encore ces rapports à la con du prince charmant et Cendrillon. J’étais prêt à avoir une relation différente, plus proche, plus égalitaire, plus saine ».

Jonathan Cohen l’assure, « sa femme » comme il l’appelle travaille énormément, même s’il admet ne pas être d’une aide précieuse au quotidien. « Je ne suis pas devenu parfait, assume-t-il. Dans une maison, par exemple, je ne sers à rien. Du tout. Cuisine, ménage, courses, bricolage, je suis nul. Ma seule compétence, c’est d’appuyer sur le bouton de la box pour la redémarrer. Et faire semblant d’engueuler ma fille, ça aussi, j’y arrive. »

CIM Internet