Paris Match Belgique

Carla et Nicolas Sarkozy : leurs vacances amoureuses et en famille en Grèce

Le couple séjourne sur le bateau de Christian Clavier. | © ©Simone Siciliani / ipa-agency.ne IPA

People et royauté

C’est une grande partie du clan Sarkozy qui a embarqué pour neuf jours de croisière. Une première pour l’ancien président, qui n’avait jamais passé de vacances avec ses trois garçons et sa fille réunis. Cheffe d’orchestre de cette escapade familiale, Carla n’a qu’un souhait : l’harmonie autour de son homme

 

L’aurait-elle seulement imaginé ? Il y a vingt ans, Carla Bruni s’apprêtait à sortir son premier album, avec la naïveté des débutantes. Ses chansons rencontreraient-elles un écho ? Allaient-elles séduire un public restreint ou envahir les radios ? Elle ne savait franchement pas. Elle, l’ancien mannequin, n’avait pas la carte. Celle qui permet d’être prise au sérieux, d’être reçue avec bienveillance par les médias « qui comptent ».

Carla avait donc donné ses premières interviews, défendu avec force des chansons qui contaient ses amours intimes, la flamboyance de la passion et la désolation qui s’ensuit. La jeune femme de 33 ans, qui connaissait le pouvoir d’attraction d’un sourire comme d’un corps, se dévoilait comme jamais. Avec une sincérité et un charme désarmants. Elle était alors amoureuse de Raphaël Enthoven, le père de son fils, Aurélien , dont elle venait d’accoucher. Hébergeant Marianne Faithfull dans son grand appartement du boulevard Saint-Germain, elle recevait les journalistes, assise sur sa table basse. Quand on l’interrogeait sur la suite de sa carrière, Carla répondait : « Je ne sais pas ce que la vie me réserve. Et c’est ce qui la rend si passionnante : ce saut perpétuel dans l’inconnu. »

Ils font face à la machine judiciaire comme si de rien n’était. Ni l’un ni l’autre ne sont du genre à dire «ça ne va pas»

Vingt ans plus tard, on la retrouve au paradis : sur un bateau voguant d’île en île autour du Péloponnèse, accompagnée de toute sa tribu recomposée et de Nicolas Sarkozy, l’homme de sa vie (et administrateur indépendant du groupe Lagardère, propriétaire de Paris Match). C’est elle qui a tenu à organiser ce voyage tous ensemble : c’est la première fois depuis sa rencontre avec le président de la République, en 2007, que celui-ci part en vacances avec ses quatre enfants. Douze personnes se sont envolées le 13 juillet dernier pour Athènes, accompagnées de deux gardes du corps détachés au service de l’ancien président de la République. Jean Sarkozy, sa femme Jessica et leurs deux enfants, Solal et Lola, Pierre Sarkozy et sa compagne, Louis Sarkozy et sa fiancée Natali Husic, Giulia Bruni-Sarkozy accompagnée d’une de ses copines, Nicolas Sarkozy et Carla Bruni ont, dès leur arrivée en Grèce, embarqué sur un yacht loué pendant neuf jours et capable d’accueillir toute la smala. Cap d’abord sur le canal, puis sur le golfe de Corinthe, où, chaque soir, le navire accostait sur le continent.

Au bout de quelques jours de cabotage, la tribu a fait escale sur l’île de Céphalonie avant de mettre les voiles vers Zakynthos. Loin des Cyclades et des îles touristiques, les Sarkozy ont voulu des vacances studieuses, réparties entre baignades pour madame et les enfants, et lectures sur le pont pour monsieur. À 67 ans, l’ancien chef de l’État au tempérament fougueux a dû se soumettre à l’impensable : laisser son téléphone loin de lui. Et profiter le plus possible des siens. Car, l’année 2022 n’a pas été des plus sereines pour les anciens locataires de l’Élysée, après deux procès très médiatisés en 2021, pour lesquels l’ancien président a été condamné et a interjeté appel. « Durant toute cette période judiciaire, Carla a été son pilier, raconte un proche du couple. Elle a tout fait pour lui rendre la vie douce, convaincue que de toute façon les juges étaient prêts à tout pour avoir sa peau. »

Le bonheur flotte sous le drapeau hellène. Dans le golfe de Corinthe, le 20 juillet.
Photo by Paris Match

Officiellement retiré de la vie politique, Nicolas Sarkozy a néanmoins suivi la campagne présidentielle avec avidité. Estimant Valérie Pécresse à côté de la plaque, il n’a pas jugé utile de la soutenir publiquement – sentiment confirmé par les 4,78 % obtenus par la candidate des Républicains. En privé, l’ancien chef de l’État estime Emmanuel Macron dépassé par les événements – résultat des législatives à l’appui – et considère qu’il ferait bien de l’écouter davantage. « Même si le combat politique est derrière lui, il reste passionné par le destin de la France, soutient un proche de l’ex-président. Actuellement indécis, il n’est pas déçu par Macron mais peu convaincu. Il a conscience que sa prochaine prise de parole sera importante. »

De politique, Carla ne se mêle pas. Elle voit son mari accro aux coups de fil avec ses anciens lieutenants et l’observe regardant les chaînes d’info, enchaînant les rendez-vous politiques comme avant. Mais, contrairement à François Hollande, Nicolas Sarkozy refuse la plupart des invitations dans les médias – estimant que la parole d’un ancien président de la République doit être rare et surtout « utile ». Car, au fond, Carla Bruni et Nicolas Sarkozy sont persuadés d’être confrontés à une injustice béante. « La machine judiciaire a laissé le poison du doute s’installer autour de notre vie, nous racontait Carla en janvier dernier. Alors, lui et moi, nous faisons face. Et pour faire face, nous faisons comme si de rien n’était. Nous ne parlons pas des échéances, elles n’existent pas dans notre histoire. À chaque jour suffit sa peine. »

Il s’est résigné à l’impensable: laisser son téléphone loin de lui

Carla sait qu’un homme, aussi puissant soit-il, peut trembler ou vaciller du jour au lendemain. Nicolas Sarkozy possède l’art de ne jamais battre en retraite. Le 1er mars 2021, elle était à ses côtés pour entendre la justice le condamner en première instance. Comme lui était là, le 26 janvier 2022, pour le dernier concert de sa tournée, à l’Olympia. « Il faut comprendre le sens de leur histoire par un amour absolu et une admiration respective sans bornes, décrypte un de leurs proches. Ils ont vécu ensemble des choses incroyables et des épreuves terribles. Et comme ni lui ni elle ne sont du genre à dire quand ça ne va pas, ils font en sorte d’avoir toujours fière allure. » Un Nicolas condamné n’a jamais empêché une Carla de chanter. Bien au contraire. C’est même en chansons, parfois, qu’elle raconte ses douleurs et ses couleurs – Carla a récemment écrit un morceau qui s’appelle « L’injustice », dans lequel elle dit ses quatre vérités à cet univers qui « veut les détruire ». Elle n’a pas encore décidé si elle l’inclura sur son prochain album…

De musique, il en sera fortement question à partir de la rentrée : la chanteuse commence à penser à son septième disque, qu’elle aimerait publier en 2023. L’ancien chef de l’État, lui, s’attaque à son prochain essai. « Quand il écrit, il ne faut pas lui adresser la parole, nous disait-elle. C’est un peu comme si j’avais Zola à la maison… » Après « Le temps des tempêtes » et « Promenades », Nicolas Sarkozy vient de démarrer en Grèce l’écriture du tome 2 de ses Mémoires. « Ça lui a fait du bien d’être entouré de ses quatre enfants, poursuit cet intime du couple. Ça ne lui était encore jamais arrivé de passer autant de temps avec eux tous. Et ça, il sait que c’est Carla qui l’a rendu possible. » Volontiers pudique, Nicolas Sarkozy est fier du parcours de ses trois garçons. Jean, après une brève carrière politique dans les Hauts-de-Seine, a préféré se consacrer à son travail de juriste au sein du cabinet Realyze – fondé par Nicolas Sarkozy avec Michel Leibovici et Arnaud Claude en 1987. Il enseigne également le droit commercial à l’université Paris-XII. Pierre, lui, continue la production musicale dans le monde du hip-hop. Ce qui permet à son père de lui dire tout le mal qu’il pense des rappeurs… Quant à Louis Sarkozy, il prépare son mariage avec Natali. Le fils de Cécilia et Nicolas doit convoler en octobre prochain.

Et puis il y a Giulia. La petite fille de 10 ans, blonde pimpante, est le rayon de soleil de ses parents. Posée, « elle est l’inverse du tempérament ombrageux de son père », sourit-on dans l’entourage du couple. « Elle ne s’énerve jamais et aurait même tendance à l’adoucir. Il suffit qu’il la voie pour sentir la fierté d’un père face à sa fille. »

Récemment, Carla a été approchée par les équipes de Gims, afin de participer au prochain album du rappeur

C’est avec elle que les Sarkozy ont retrouvé leur domicile parisien, le 22 juillet. Si Carla aurait adoré aller voir les Rolling Stones, qui se produisaient à l’hippodrome de Longchamp le samedi 23, elle y a renoncé, par amour. Elle n’avait pas envie de traîner Nicolas dans ce genre d’événement. Aurélien a, lui, adoré. Dès le 25, les Sarkozy sont repartis sur l’île de Formentera, en Espagne. Chez leur ami Christian Clavier, cette fois, en attendant de rejoindre le cap Nègre, dès le 1er août, et le domaine familial des Bruni-Tedeschi. « Nicolas adore l’endroit. Il peut faire du vélo le matin, les gens lui fichent la paix, lui proposent un verre d’eau, pendant que Carla refait le monde avec ses copines. » Ils passeront une tête au festival de Ramatuelle, soit pour la pièce « Le vertige de Marilyn », portée par Isabelle Adjani, soit pour le concert de Calogero – avec qui Carla a déjà travaillé – prévu le 12 août.

Chassez le naturel, il revient au bout du manche de guitare… Carla compose, pour elle comme pour les autres. Récemment, elle a été approchée par les équipes de Gims, afin de participer au prochain album du rappeur. Elle a aussi resigné avec Barclay, l’une des maisons de disques d’Universal. Et si elle chante volontiers lors d’événements privés, elle espère bien pouvoir se lancer dans une véritable tournée de concerts en France – la dernière ayant été sabordée par la crise sanitaire.
Toujours sollicitée par les marques de luxe, comme Balenciaga ou Bulgari, Carla Bruni adore, à 54 ans, retrouver un temps les podiums de sa vie d’avant et ses amies top models de l’époque. Elle est la seule à avoir su s’inventer une nouvelle vie, après avoir connu l’amour en montagnes russes. Elle s’avoue elle-même surprise de la légèreté dans laquelle elle vit désormais – même si elle sort les griffes dès qu’on s’approche un peu trop de « son homme ». Ce « petit guépard » qu’elle seule sait « amadouer en lui donnant de quoi rêver », comme elle le chantait dans son dernier disque.

Il est loin, le temps des doutes et des questions. Désormais, Carla Bruni assume. Vigie d’une famille ébranlée mais solide, elle est aussi le roc d’un homme qui sait que, à la vie, à la mort, il pourra compter sur elle. Et ça, c’est la plus belle de leurs victoires. 

CIM Internet