Paris Match Belgique

Entre le roi Albert II et Delphine il n’y aurait aucune rancune

princesse Delphine

Il m’envoie des fleurs pour mon anniversaire et ainsi de suite. | © Belga

People et royauté

Le père et la fille semblent avoir aujourd’hui avoir définitivement enterré la hache de guerre.

 

Très récemment, la princesse Delphine a accordé une interview au magazine Tatler dans son propre domicile à Uccle. Face à la journaliste Harriet Kean, elle est revenue sur sa carrière artistique, ses sources d’inspiration, et bien entendu sur son histoire familiale.

Lire aussi > La princesse Delphine de Belgique fait sensation dans l’une de ses robes à Cannes

Elle révèle ainsi que ce n’est qu’à l’âge de 17 ans qu’elle a appris que le roi Albert était son père. Elle a eu cette révélation alors qu’elle prenait sa pause déjeuner dans son école londonienne, et elle explique que cela a été un véritablement soulagement pour elle de connaitre la vérité.  « Je pense que tout le monde en Belgique connaissait le secret, à part moi », confie-t-elle.

Aujourd’hui reconnue officiellement comme étant la fille du roi, elle explique que rien n’a vraiment changé. Si elle participe maintenant aux événements royaux, elle ne souhaite pour autant pas qu’on l’appelle altesse lorsque l’on s’adresse à elle. Elle révèle qu’elle entretient d’excellents liens avec la famille royale, notamment avec son frère, le roi Philippe. « C’est un très bon artiste : il aime l’art. Quand vous comprenez cela, vous vous dites ô combien la situation a été stupide. Cela aurait pu être très harmonieux », explique-t-elle.

Lire aussi > Delphine à la Fête nationale : «Ce qui est en mon pouvoir, c’est de valoriser le travail de jeunes Belges»

En ce qui concerne la relation avec son père, là aussi le temps serait au beau fixe. La princesse Delphine affirme qu’il n’y a aucune rancune entre eux deux. « On ne se voit pas toutes les cinq secondes. Mais il m’envoie des fleurs pour mon anniversaire et ainsi de suite. Ce sont des petites choses », poursuit-elle, avant de revenir sur leur première rencontre, qui reste malgré les circonstance peu habituelles un excellent souvenir. « Oh mon dieu, cela s’est bien passé ! Il n’y avait aucun doute qu’il n’était pas mon père. Quand je me suis trouvée près de lui, je l’ai senti. C’était comme si rien n’était arrivé. C’était vraiment étrange. Il a un sens de l’humour brillant. C’est un homme très facile à vivre, et tellement intéressant. Il a beaucoup voyagé. C’est pour ça que c’est si triste… »

CIM Internet