Paris Match Belgique

Le look androgyne de Stromae en couverture de GQ casse tous les codes

Stromae

Stromae, le 14 juillet 2022. | © FRED TANNEAU / AFP.

People et royauté

Stromae fait la Une du numéro de septembre du magazine Hype de GQ US. Et, comme à son habitude, l’artiste a décidé de complètement casser les codes.

 

Un shooting qui en jette

Le chanteur belge était déjà réputé pour flouter les limites du genre et inventer librement des styles à son image. Cette fois, le maestro va encore plus loin en offrant un shooting selon ses propres règles. Au programme ? Cheveux longs relâchés, pétales de fleurs et poses lascives en noir et blanc dans des tenues virilo-féminines.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Stromae (@stromae)

Pour une interview intime sur sa vie

Celui qui aime « incarner des personnages » plutôt que de faire des chansons façon « journal intime » sur sa vie se confie à travers une interview intime à GQ. Les journalistes du célèbre magazine l’ont rencontré à Bruxelles, dans les locaux cosy de son label, et semblent désarmés par la simplicité et l’honnêteté du chanteur. Ce dernier se confie notamment sur la fabrication de son dernier album « Multitude », ou encore sur son burn-out.

« Je viens d’une culture européenne qui veut que la création passe nécessairement par de la souffrance », déclare-t-il. « Or, j’aimerais prouver qu’il est possible de composer autrement. Pendant l’enregistrement de Multitude, j’ai certes réussi à créer selon des horaires de bureau ultra-cadrés, de 9 h à 17 h, afin de profiter de mon fils, mais j’ai toujours du mal à aller vers des paroles plus légères, purement festives, à la façon de “Celebration” de Kool & The Gang. Chez moi, il y a souvent un fond de tristesse. »

Nuancé et sincère, ce profond mélancolique se dit d’ailleurs « peu friand des films de Jim Carrey » et préfère The Truman Show à The Mask. Tout est dit.

Mots-clés:
stromae
CIM Internet