Paris Match Belgique

Laure Manaudou sans tabou, elle se confie sur sa longue dépression post-partum

laure manaudou

Laure Manaudou en 2016. | © PASCAL GUYOT / AFP.

People et royauté

Ce mardi, dans une interview pour Brut, Laure Manaudou a révélé avoir fait une dépression après la naissance de son troisième enfant.

D’après un article Paris Match France de L.T

Laure Manaudou sans artifice et sans tabou. Ce mardi, dans une interview publiée par Brut, la nageuse de 36 ans s’est confiée sur sa dépression post-patrum survenue après la naissance de son troisième enfant, un petit garçon. Un témoignage fort au lendemain de la Journée Mondiale de la santé mentale. « Pendant un an j’étais en dépression. Je me suis sentie submergée, étouffée. C’était trop oppressant. Je me suis rendu compte que c’était beaucoup plus difficile pour le dernier et je n’ai pas su gérer comme pour les deux premiers (Manon née en 2010 et Lou né en 2017, ndlr) », a-t-elle commencé face caméra et sans filtre. 

Une situation qui a quelque peu échappée à l’épouse de Jérémy Frérot, notamment en raison de son mental de sportive de haut niveau. « Je ne me suis pas comprise. En tant que sportive, je suis censée être dure, et pour moi, dans ma vie c’était : ‘je vais être forte dans tout’ ».

« Un sentiment d’échec »

Affectée par les émotions négatives causées par la fatigue et le manque de sommeil, la championne était constamment irritée et agacée. « Je gueulais sur son mari la nuit alors que je suis très calme et que je ne crie pas. Je ne suis pas avec quelqu’un qui mettait des boules quiès et qui ne m’aidait pas du tout [pendant la nuit]. Il s’est toujours réveillé pour nos deux garçons. C’était beaucoup de larmes parce qu’il y avait de l’incompréhension et de la fatigue nerveuse. […] C’était comme un sentiment d’échec », a-t-elle révélée.

Aujourd’hui, l’athlète souhaite sensibiliser sur les difficultés qu’on peut avoir après la naissance de son enfant, même pour quelqu’un d’aussi connu qu’elle. Pour la championne, se livrer sur sa dépression est synonyme de « thérapie ». Un témoignage qui risque d’ailleurs de surprendre ses proches, loin d’imaginer ce qu’elle a traversé. « Je n’en ai jamais parlé. Je ne sais même pas si je l’ai dit à mon mari, peut-être une fois (…) Ce n’était pas voulu de ne prévenir personne. On n’ose pas demander. On met du temps aussi à se rendre compte qu’on fait une dépression. Aujourd’hui je pense qu’avec du recul, j’aurais préféré appeler quelqu’un ou demander de l’aide pour minimiser le temps de dépression. »

CIM Internet