Paris Match Belgique

Face à Paris Hilton, Meghan Markle revient sur son rôle d’ex-bimbo de télévision

Face à Paris Hilton, Meghan Markle revient sur son rôle d'ex-bimbo de télévision

Meghan Markle en visite à Düsseldorf pour le lancement des préparatifs des Invictus Games, le 6 septembre 2022. | © Stephen Lock / eyevine

People et royauté

Meghan Markle s’est livrée sur son passé de « bimbo » dans un nouvel épisode du podcast Archetypes, sorti ce mardi 18 octobre.

 

D’après un article Paris Match France de Séraphine Roger

Pour son podcast Archetypes, Meghan Markle recevait Paris Hilton. Au détour d’une petite heure de discussion, elles ont évoqué ensemble le terme « bimbo » et tenté d’en déconstruire sa signification, comme le laisse entendre le titre de ce nouvel épisode, diffusé ce mardi 18 octobre.

Afin d’illustrer son propos, Meghan Markle est revenue sur son rôle dans l’émission de télévision américaine « Deal or No Deal » (adaptée en France avec « À prendre ou à laisser »), au début de sa carrière, au début des années 2000. À l’écran, la jeune actrice apparaissait apprêtée en compagnie d’autres mannequins. Toutes tenaient une valise tandis que les participants au jeu misaient sur celle contenant la plus grande somme. Un rôle dans lequel elle s’est sentie « forcée de n’être qu’apparence sans beaucoup de profondeur ».

« Même si « Deal or No Deal » n’était pas un rôle d’actrice, j’étais quand même très reconnaissante, en tant qu’actrice qui passait des castings, d’avoir un travail. Cela pouvait payer mes factures. J’avais un revenu, (…) j’avais une assurance maladie, c’était formidable », nuance l’épouse du prince Harry.

La mère d’Archie (3 ans) et Lilibet (1 an) poursuit, évoquant les études qu’elle avait suivies : « Pourtant, j’avais aussi étudié les relations internationales à l’université. Il y avait des moments où j’étais sur le plateau de « Deal or No Deal » et je repensais à l’époque où je travaillais comme stagiaire à l’ambassade des États-Unis à Buenos Aires en Argentine, où j’étais dans le cortège avec le secrétaire au Trésor de l’époque et où j’étais appréciée spécifiquement pour mon cerveau. Ici, j’étais appréciée pour quelque chose de tout à fait opposé. »

« Je veux que ma Lili veuille être éduquée et intelligente »

Face à Paris Hilton, Meghan Markle poursuit : « Je savais que j’étais tellement plus que ce qui était objectivé sur la scène. Je n’aimais pas me sentir obligée de n’être que belle. Avec peu de fond. Et c’est ce que j’ai ressenti à l’époque en étant réduite à cet archétype spécifique, le mot « bimbo ». »

Lire aussi > « Ils regrettent » : Ce projet risqué à plusieurs millions de Meghan et Harry s’annonce catastrophique

La duchesse de Sussex occupera ce rôle pendant une courte année avant de quitter définitivement l’émission en 2007. Un rôle dans la carrière de l’actrice de 41 ans qui l’a marquée, puisqu’elle a déclaré qu’elle ne voulait pas reproduire ce schéma avec sa fille, Lilibet : « Je ne vois pas cela comme une aspiration pour une femme, je veux que nos filles aspirent à être légèrement plus ambitieuses. Je veux que ma Lili veuille être éduquée et intelligente et qu’elle soit fière de ces choses. »

La semaine dernière, en compagnie des actrices Constance Wu, Jenny Slate et Deepika Padukone, l’épouse du prince Harry s’était confiée sur sa santé mentale et le qualificatif d’« hystérique » auquel elle a pu être associée.

CIM Internet