Paris Match Belgique

En Namibie, Angelina Jolie offre un refuge pour animaux à sa fille

Angelina Jolie et Shiloh, le 20 juin 2015 en Turquie. | © BELGA/IMAGO

People et royauté

L’actrice américaine a fait une excursion en Afrique, où une jolie surprise attendait sa fille, Shiloh.

Cet été, Angelina Jolie a choisi la Namibie comme destination de vacances. Un pays qu’elle chérit énormément et pour lequel elle dirige régulièrement des actions humanitaires. L’actrice de 42 ans y a donc emmené ses six enfants, qui ont pu profiter, pendant cinq jours, de la richesse des paysages et de la culture. Quant à Shiloh (11 ans), elle a découvert avec joie que sa maman avait donné son nom à un sanctuaire de la faune. La petite troupe a alors visité le « Shiloh Wildlife Sanctuary ». Un centre consacré à l’accueil des éléphants et des rhinocéros, victimes de braconnage pour leurs défenses et leurs cornes.

I’m in love with this dúo #JoliePitt #JolieKids #ShilohJoliePitt #AngelinaJolie #BradPitt

Une publication partagée par Jolie-Pitt ❤️ (@joliekids) le

Lire aussi > Face au braconnage, de plus en plus d’éléphants naissent sans défenses

« Son visage s’est illuminé quand elle a vu le sanctuaire pour la première fois », racontait une source proche de la famille au magazine People. « C’était adorable, car elle et ses frères et sœurs se déplaçaient très doucement alors que les éléphants, récemment secourus, étaient encore en train de prendre leurs marques ». La tribu de Brad Pitt et Angelina Jolie s’est donc émerveillée face à la beauté de la savane et de ses habitants. Ils ont également pu aider le personnel de la fondation à s’occuper des animaux et ont fait la connaissance d’un guépard, que leur mère avait baptisé Shiloh, lors de sa visite en 2015.

Une véritable histoire d’amour

Entre Angie et la Namibie, la passion s’intensifie d’année en année. En 2006, la star américaine donnait naissance à sa première fille biologique, dans un hôpital du pays. Une expérience éprouvante, qui, explique en partie ses liens forts avec cette région du monde. Depuis, l’ambassadrice de l’ONU revient fréquemment en visite et apporte un soutien financier à la réserve « N/a’an ku sê ». En 2015, elle y avait même adopté trois petits guépards, dont le fameux Shiloh.

CIM Internet