Paris Match Belgique

Sur Instagram, Britney Spears dénonce «les crimes du monde supérieur»

britney spears

Britney Spears, en 2016. | © Angela Weiss / AFP.

People et royauté

Dans un post publié sur son compte Insta, Britney Spears évoque sa redécouverte de la vie depuis la fin de sa tutelle et ne cache pas la colère qui l’anime encore.

D’après un article Paris Match France de La Rédaction

Sur son compte Instagram, Britney Spears a livré à ses fans quelques considérations touchantes sur sa vie depuis la fin de sa tutelle familiale mais où transparaît encore une colère très loin d’être apaisée. La chanteuse a dénoncé ce qu’elle appelle l’« upperworld crime », la criminalité du monde supérieur, une expression dont elle donne la définition, tirée d’un ouvrage juridique : « La criminalité du monde supérieur comprend les actes illicites commis par ceux qui, en raison de leur position dans la structure sociale, sont engagés dans certaines activités professionnelles nécessaires à la commission de ces délits. » Elle vise bien sûr sa famille, son père en particulier.

Être parvenue à échapper à l’emprise de ses proches n’a pas réglé tous les problèmes : «Je dois réapprendre à vivre, écrit-elle. J’ai 40 ans et ce n’est que cette année que je peux enfin acheter seule du Tylenol et avoir mon propre argent.» Et elle poursuit : «Ma famille a eu la main mise sur tous mes biens pendant des années. Elle possédait mon nom, ma célébrité, mon argent et -devinez-quoi, ça leur a donné BEAUCOUP de pouvoir.»

Cette redécouverte d’une existence autonome se double d’un regain de lucidité… et de rage face aux injustices: «Maintenant que tout s’est ouvert, je vois chaque des gens faire exactement ce que dit le paragraphe ci-dessus ! (la définition de l’Upperworld Crime NDR) Les gens font ces choses, c’est évident, et personne ne dit rien… OK, où est-ce qu’on va ? ??? J’ai l’impression d’avoir été programmée pour être une nonne pendant la moitié de ma vie… »

Et elle conclut: « Est-ce que quelqu’un peut, pour l’amour de Dieu, m’apprendre au moins à mentir ?» Voilà une supplique qui n’est sans-doute pas près d’être exaucée.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Channel 8 (@britneyspears)

CIM Internet