Paris Match Belgique

Camilla Parker-Bowles aurait joué un rôle dans la séparation de William et Kate

camilla Parker Bowles

Camille Parker Bowles et Kate Middleton en septembre 2022. | © Stephen Lock / i-Images / eyevine

People et royauté

En 2007, William et Kate faisaient la Une des médias à l’issue d’une séparation très controversée.

 

À l’époque, le prince apprenait à devenir pilote d’hélicoptère dans une école militaire située dans le Dorset alors que Kate vivait à Londres. Les deux futurs époux avaient donc l’habitude de passer du temps loin l’un de l’autre, mais la surprise du public fut tout de même de taille lorsque tous les deux reconnurent publiquement leur séparation. William avait à l’époque insisté sur le fait qu’ils « essayaient de trouver leur propre voie », et que « c’était juste un peu d’espace. Cela s’est arrangé pour le mieux ».

Plusieurs années plus tard, on apprend que la reine consort Camilla aurait eu un rôle important à jouer dans cette séparation. L’expert royal, Christopher Anderson, auteur de William and Kate : A Royal Love Story, a déclaré au Daily Beast : « J’étais à Londres lorsque la rupture [de William et Kate] s’est produite. J’étais choqué, complètement abasourdi, tout le monde pensait que ce n’était qu’une question de temps avant que William ne demande Kate en mariage. Et puis les gens ont commencé à me dire que Camilla était derrière tout ça. »

« Camilla est un peu snob »

Mais pourquoi l’ancienne duchesse de Cornouailles aurait voulu faire éclater le couple William et Kate ? M. Anderson a affirmé qu’il faut savoir que « Camilla est un peu snob ». Il ajoute : « C’est une aristocrate, elle a toujours évolué dans les cercles royaux. Elle s’est toujours considérée comme l’héritière d’Alice Keppel, son arrière-grand-mère, qui était la maîtresse d’Edouard VII. Elle était très fière de ce lien, elle s’en est vantée en tant qu’enfant et en tant qu’adulte et c’est ce qu’elle avait l’intention de faire ; faire partie du cercle royal dans le rôle de maîtresse du futur roi, puis du roi. »

« Elle ne considérait pas Kate comme quelqu’un qui était digne de rejoindre la famille royale. Kate est la première femme de la classe ouvrière à être acceptée dans la famille royale. Elle descend de mineurs de charbon et sa mère était hôtesse de l’air ». L’auteur ajoute : « Pour toutes ces raisons, Camilla n’a jamais vraiment pensé que Kate et la famille Middleton dans son ensemble seraient dignes d’entrer dans la famille royale. On m’a dit au moment de la rupture, et plus tard aussi, que Camilla aurait chuchoté à l’oreille de Charles qu’il était vraiment temps de faire – de forcer – William à prendre une décision dans un sens ou dans l’autre. Il a été confirmé publiquement que Charles a suggéré à William de s’engager auprès de Kate ou de la libérer, pour ainsi dire. Ses motifs à lui peuvent avoir été purs, mais Camilla… sûrement pas. Elle était l’instigatrice de tout ça. »

Six semaines de séparation

Les parents de George, Louis et Charlotte s’étaient alors séparés pendant un peu plus de dix semaines, avant de relancer leur relation. Ils se sont finalement fiancés en 2010, puis se sont mariés le 29 avril 2011. D’ailleurs, contrairement à l’opinion de Camilla, beaucoup d’observateurs déclarent que Kate Middleton est issue de la classe moyenne supérieure plutôt que de la classe ouvrière. L’historien Robert Lacey décrivait d’ailleurs la famille Middleton comme ayant une ascendance aristocratique. La baronne Airedale est une lointaine ancêtre de Michael Middleton – le père de Kate – et Kate et William ont donc un lien de parenté infime, de quatorze cousins éloignés.

Plus tard, William se serait « assis avec son père et sa grand-mère » pour discuter de son avenir avec Kate, selon la biographe royale Katie Nicholl au magazine Vanity Fair. Elle explique que le prince devait passer le réveillon du Nouvel An avec les Middleton, mais qu’il s’était désisté à la dernière minute. Lors de sa conversation avec Charles et la reine Elizabeth II, tous deux lui auraient conseillé de « ne pas se précipiter ». Une histoire qui en rappelle d’autres…

CIM Internet