Paris Match Belgique

William et Harry : leurs derniers mots échangés avec leur mère avant sa mort

Photos de famille sur le bureau de la princesse Diana, au Palais de Kensington. | © AFP PHOTO / Tolga Akmen

People et royauté

Un documentaire dédié à Lady Di sera diffusé ce lundi en Grande-Bretagne. Les princes britanniques William et Harry y révèlent une conversation avec leur mère le jour de sa mort.

Les princes britanniques William et Harry ont révélé avoir parlé brièvement à leur mère Diana le jour de sa mort, le 31 août 1997, avouant que cette « courte » conversation pesait encore « beaucoup » sur leurs esprits, vingt ans plus tard.

« C’était elle qui parlait depuis Paris, je ne peux pas vraiment me rappeler ce que j’ai dit (…) mais je regretterai probablement tout le reste de ma vie que cet appel eut été si court », a expliqué le plus jeune prince, Harry, à la chaîne ITV pour un documentaire dédiée à leur mère décédée en 1997.

Lire aussi > Nouvelles révélations : la vérité sur la mort de Diana

Celui-ci, intitulé « Diana, notre mère, sa vie et son héritage » sera diffusé ce lundi 24 juillet en Grande-Bretagne.

Ils avaient 15 et 12 ans le jour de la mort de Lady Di

Le prince William avait lui tout juste 15 ans, et son frère 12, lorsque Diana et son petit-ami, Dodi Al-Fayed, sont décédés dans un accident de voiture à Paris, lors d’une course poursuite avec des paparazzis.

Des analyses effectuées par la suite avaient montré que leur chauffeur, Henri Paul, également mort dans l’accident, avait un taux d’alcoolémie élevé. Les deux princes, eux, se trouvaient à Balmoral, la résidence de la Reine Elizabeth II, en Écosse. William avait alors raconté à sa mère les « très bons moments » qu’ils y passaient.

Lire aussi > Les princes William et Harry font ériger une statue à l’effigie de leur mère, Lady Diana

« Harry et moi étions dans la précipitation pour dire au revoir, pour lui dire ‘à bientôt’… Si j’avais su ce qui allait se passer, évidemment je n’aurais pas été si blasé », a précisé William à ITV.

Mais cet appel me reste toujours à l’esprit, beaucoup.

Pour marquer le 20e anniversaire du décès de Diana, les princes ont annoncé plus tôt cette année qu’ils mettaient en place un comité en vue de récolter des fonds pour ériger une statue de la princesse de Galles. Celle-ci devrait être construite dans les jardins publics de Kensington Palace, à Londres, où vivait Diana.

Le prince Harry « plongé dans un chaos total »

Le prince Harry reconnaît avoir traversé une période de « chaos total » avant d’avoir recours à un soutien psychologique pour surmonter le traumatisme qu’a été la mort de sa mère la princesse Diana.

Aujourd’hui âgé de 32 ans, le prince Harry explique, dans un entretien accordé au quotidien britannique The Telegraph, avoir passé des années à tenter d’oublier ce qu’il avait ressenti en apprenant la mort de sa mère le 31 août 1997 dans un accident de voiture à Paris.

Lire aussi > Le prince Harry a voulu quitter la famille royale

« Ma façon de faire face à ça a été de pratiquer la ‘politique de l’autruche’, de refuser de penser à ma mère, car en quoi cela pouvait-il m’aider ? Cela pouvait juste me rendre triste, cela n’allait pas me la ramener », raconte-t-il. Ce n’est qu’à l’âge de 28 ans qu’il s’est enfin résolu à rechercher de l’aide auprès de spécialistes. Il dit y avoir été encouragé notamment par son frère aîné le prince William, qui lui a apporté « un soutien énorme ».

« Pendant 20 ans je n’ai pas pensé à ça et ensuite j’ai été plongé dans un chaos total durant deux ans… Je ne comprenais pas ce qui n’allait pas avec moi », a reconnu le prince dans une des rares interviews concernant sa vie privée. « Je ne sais pas comment nous (membres de la royauté) restons sains », poursuit-il.

Je n’ai aucun secret, mais j’ai sûrement été proche de la dépression à plusieurs reprises.

Le prince, qui a servi au sein de l’armée britannique durant une décennie, se décrit comme ayant été « un problème » quand il avait une vingtaine d’années. Selon lui, la pratique de la boxe a été un remède et cela l’a même « sauvé » : « J’étais sur le point de frapper quelqu’un », confie-t-il.

 – Avec Belga

CIM Internet