Paris Match Belgique

Elizabeth II craignait que Harry ne soit « trop amoureux » de Meghan Markle

prince harry elizabeth II

Le prince Harry en septembre 2022. | © Tayfun Salci/ZUMA Press Wire

People et royauté

On en sait un peu plus sur les sentiments que la défunte souveraine vis-à-vis de son petit-fils et Meghan Markle.

Elizabeth II est décédée en septembre à l’âge de 96 ans. La cause officielle du décès ? La vieillesse. On apprenait également récemment que la Reine souffrait d’une forme de myélome – un cancer de la moelle osseuse – qui pourrait expliquer sa grande fatigue, sa perte de poids ainsi que ses problèmes de mobilité dans les derniers jours de sa vie. 

Dans sa biographie à paraître, « Elizabeth : An Intimate Portrait », le journaliste britannique Gyles Brandreth nous en dit également un peu plus sur la relation de la reine avec son petit-fils le prince Harry. On peut notamment lire que celle-ci craignait qu’il ne soit « un peu trop amoureux » de sa nouvelle épouse Meghan Markle.

« Elle n’est jamais allée plus loin – du moins à ma connaissance – que de prononcer un mot contre la nouvelle duchesse de Sussex », écrit le biographe. La défunte monarque britannique était en réalité « vraiment ravie » lorsque son petit-fils a annoncé qu’il allait épouser Mme Markle, selon l’ouvrage qui sera publié au mois de décembre, dont un extrait a été publié dans le Daily Mail« Elle aimait Meghan et l’a dit à beaucoup de gens. Et elle a fait tout ce qu’elle pouvait pour que sa future petite belle-fille se sente la bienvenue ».

Elle n’aurait même pas été rebutée par la fameuse interview des Sussex avec Oprah Winfrey. « Je peux vous dire, parce que je le sais, que la Reine a toujours été plus préoccupée par le bien-être de Harry que par ‘ces bêtises télévisuelles’, c’est-à-dire à la fois l’interview d’Oprah Winfrey – qui a suscité tant de controverses – et l’accord lucratif que les Sussex ont passé avec Netflix », écrit Brandreth, un ancien député qui connaît depuis longtemps la famille royale. Il écrit également que le monarque « tenait à ce que Harry « trouve ses marques » en Californie et « trouve des choses vraiment utiles à faire ». »

 

CIM Internet