Paris Match Belgique

Le jour où Harry s’est violemment disputé avec Meghan

Le jour où Harry s’est violemment disputé avec Meghan

Meghan Markle et le prince Harry, en 2017. | © PRESS ASSOCIATION

People et royauté

Dans Le Suppléant (Fayard), en librairies dès aujourd’hui, le prince Harry ne cache rien de sa vie privée. Pas même la première dispute qu’il a eue avec Meghan Markle, un soir à Nottingham Cottage, qui lui a rappelé ses pires souvenirs d’enfance.

 

D’après un article Paris Match France de Pierrick Geais

Un coup de foudre. Le terme n’est pas galvaudé quand on lit le ressenti du prince Harry au soir de sa première rencontre avec celle qui allait devenir son épouse et la mère de ses deux enfants. Harry et Meghan, c’est une histoire qui marche immédiatement ! Après avoir flirté par messages sur Instagram, l’actrice américaine et le prince anglais se donnent rendez-vous pour un verre au Soho House, un club privé londonien.

« On avait tant de choses en commun, même si nous venions de mondes si différents. Elle était américaine, j’étais britannique. Elle était cultivée, et moi vraiment pas. Elle était libre comme l’air, j’étais dans une cage dorée. Et pourtant, aucune de ces différences ne semblait rédhibitoire, ni même importante », s’exalte Harry dès les premiers instants.

Lire aussi > Le prince Harry défend à la télévision ses mémoires « nécessaires »

Si tout va très vite entre eux – vacances, emménagement, présentations avec la belle-famille –, le conte de fées va tourner au cauchemar quand la presse découvrira la nature de leur relation. Un soir, épuisé par le cirque médiatique dont ils sont les marionnettes, Harry s’emporte violemment contre Meghan. Ainsi le raconte-t-il dans Le Suppléant 

« Je lui ai aboyé dessus »

« Le vin m’est peut-être monté à la tête. Ces semaines passées à combattre la presse m’avaient peut-être épuisé […]. Meg a dit quelque chose que j’ai mal pris. C’était en partie dû à nos différences culturelles, en partie à la barrière de la langue, mais j’étais aussi un peu trop sensible ce soir-là. Je me suis demandé pourquoi elle me rentrait dedans. »

Il poursuit alors : « Je lui ai aboyé dessus, j’ai eu des mots durs – cruels. Tandis qu’ils franchissaient mes lèvres, je sentais que tout se figeait dans la pièce […]. Meg est sortie de la cuisine, elle a disparu pendant quinze bonnes minutes. Je l’ai retrouvée à l’étage. Elle était assise dans la chambre. Elle était calme, et elle m’a dit sur un ton posé qu’elle ne supporterait jamais qu’on lui parle comme ça. J’ai acquiescé. Elle a voulu savoir d’où ça venait. « Je n’en sais rien ». « Où as-tu donc entendu un homme parler ainsi à une femme ? Tu as déjà entendu des adultes parler comme ça quand tu étais enfant ? » Je me suis raclé la gorge en détournant le regard. « Oui. » Elle ne comptait pas tolérer un partenaire de ce genre. Ni un co-parent. Ni ce genre de vie. »

Un électrochoc pour Harry

Meghan Markle comprend que son compagnon a été traumatisé par les nombreuses disputes de ses parents, Charles et Diana, qui, jusqu’à leur séparation en 1992, ne pouvaient pas être dans la même pièce sans se crier dessus. Harry lui avoue qu’il a déjà consulté une psychothérapeute à ce sujet, sur les conseils de William, mais que « ça n’a pas marché », qu’il n’a « jamais trouvé la bonne personne ».

Lire aussi > « Nous n’en serions pas là » : Meghan Markle enfonce la presse à scandale malgré des excuses

Cette dispute fera pourtant l’effet d’un électrochoc pour Harry, qui, deux chapitres plus loin, rencontre un nouveau psychologue. Allongé sur le divan, le duc de Sussex en vient à cette conclusion : « Certes, Meg et moi traversions une épreuve, une véritable ordalie, mais le Harry qui avait aboyé sur Meg avec une telle colère n’était pas le même Harry, le Harry raisonnable en train d’exposer ses problèmes allongé sur ce divan. C’était le Harry de douze ans, le Harry traumatisé. »

CIM Internet