Paris Match Belgique

Les chiffres fous du concert de U2 au Stade Roi Baudouin

U2 a donné le "Vertigo" à ses fans | © BELGA PHOTO ERIC LALMAND

People et royauté

Dans le cadre de la tournée européenne qui célèbre les 30 ans de sortie de son album culte The Joshua Tree, U2 était à Bruxelles ce mardi. Un concert sous haute surveillance, qui a attiré la foule. 

Et selon la police de Bruxelles-Ixelles, les 50 459 spectateurs du concert ont été 32 770 à se rendre au stade Roi Baudouin par les transports publics, plus d’un millier en vélo et seulement 5 935 en voiture.Pour fluidifier la circulation à la fin du concert, la police a fermé la sortie Wemmel sur le ring intérieur de 23H00 à 01H00 du matin, ainsi que l’avenue Houba de Strooper dès 23H00. Aucun incident n’a été signalé, a indiqué la porte-parole de la police Ilse Van de Keere.

Lire aussi > U2 convie Amnesty International au Stade Roi Baudouin pour venir en aide aux réfugiés

Des fans engagés

Avec dix minutes de retard sur le programme, le groupe irlandais a entamé son concert par Sunday Bloody Sunday avant d’électriser le stade pendant près de deux heures. Un événement attendu avec impatience: lors de la mise en vente des tickets en janvier dernier, ils avaient été soldout en quelques minutes seulement. Des fans loyaux, et engagés : ils ont été des centaines mardi soir à signer la pétition d’Amnesty International pour les réfugiés. L’organisation avait été invitée par U2, et était présente à l’entrée du concert.

Le prix à payer

Venus se produire à Bruxelles pour la première fois en 1980, au Klacik à Uccle, Bono et sa bande avaient mis les petits plats dans les grands pour leur venue. Compter en effet entre 150 000 et 200 000 euros pour louer le Stade Roi Baudouin. De quoi expliquer le budget conséquent pour les fans : pour s’offrir une place, il fallait compter jusqu’à 465€ pour le pack VIP, tandis que le prix des tickets de base démarrait à partir de 41€.

Lire également > England Lost, quand Mick Jagger chante le Brexit blues

Bruxelles ma belle

Feux d’artifices, apparition de Noel Gallagher, co-fondateur d’Oasis, enchaînement de hits… Et puis les remerciements de Bono au public : « Merci, Bruxelles ma belle (en français, ndlr). Nous sommes très fiers de jouer dans la capitale de cette grande idée qu’est l’Europe ». 

CIM Internet