Paris Match Belgique

Richard Branson, réfugié dans son cellier, rappelle les causes de cyclones comme Irma

Richard Branson et son équipe ont trouvé refuge dans le cellier. | © Compte Twitter de Richard Branson

People et royauté

Le patron milliardaire de Virgin a attendu Irma dans un abri « à toute épreuve ». L’occasion pour lui de rappeler les causes de ces catastrophes naturelles dramatiques.

Bien décidé à ne pas quitter son île privée de Necker Island, dans les îles Vierges britanniques, le milliardaire Richard Branson s’apprêtait mercredi à affronter l’ouragan Irma, réfugié dans son cellier. « Nous nous attendons au passage à pleine puissance de l’ouragan Irma dans environ quatre heures, nous nous réfugierons dans le cellier en béton sous la maison », a tweeté le Britannique, peu après 13 heures (GMT). « Connaissant notre merveilleuse équipe, j’imagine qu’il y aura un peu moins de vin dans le cellier quand nous en ressortirons… », a-t-il également plaisanté.

« Je serai sur Necker avec notre équipe si Irma frappe, comme je l’ai été à chaque fois qu’il y a eu un ouragan », avait-il déjà indiqué mardi, publiant une photo montrant du mobilier d’extérieur rangé à l’intérieur d’une maison, en prévision du passage du cyclone.

L’ouragan Irma s’est abattu mercredi sur les îles de Saint-Barthélemy et Saint-Martin, où il causé des « dégâts matériels [et humains] importants », selon les autorités françaises, après avoir touché un peu plus tôt Barbuda. Située plus à l’ouest, Necker Island est une petite île des Caraïbes appartenant au patron du groupe Virgin, qui y accueille régulièrement des personnalités, mais aussi des touristes dans des installations de luxe. Richard Branson assure que les bâtiments ont été conçus pour affronter des conditions météorologiques extrêmes, « bien qu’il n’y ait pas grand chose qui puisse résister à un ouragan de catégorie 5 ».

Lire aussi > Nulle part où se cacher : Irma dévaste les îles, Jose et Katia inquiètent

Militant écologique et défenseur des océans, le milliardaire estime que le « réchauffement climatique provoqué par l’homme est un facteur clé dans l’augmentation de l’intensité de ces ouragans ». « Les dégâts provoqués par (le cyclone) Harvey au Texas sont un rappel tragique et coûteux du changement climatique », insiste-t-il.

CIM Internet