Paris Match Belgique

Jim Carrey, dans une autre dimension à la Fashion Week

Jim Carrey, le 5 septembre 2017 à la Mostra de Venise. | © AFP PHOTO / Filippo MONTEFORTE

People et royauté

À l’occasion de la soirée Harper’s Bazaar Icons, Jim Carrey a offert des déclarations extravagantes et inintelligibles à une journaliste de la chaîne E! News. Un discours venu d’une autre dimension, qui en a laissé plus d’un perplexe. 

Amaigri, le regard hagard, Jim Carrey semble porter toutes les souffrances de ces dernières années sur son visage. L’acteur paraît fatigué, triste. Il ne respire plus cette joie de vivre qui l’a rendu célèbre. Même son légendaire humour et son grain de folie ne font plus l’effet d’antan. Et pour preuve, Cat Sadler, la journaliste de E! News est complètement perdue face aux réponses farfelues du comédien. Elle lance des regards désespérés à son cameraman et tente tant bien que mal de mener l’interview à son terme.

Lire aussi > Jim Carrey : sous le masque de l’acteur se cache un peintre

Il faut dire que le héros du Truman Show ne lui facilite pas la tâche. Dès les premières phrases, Jim Carrey donne le ton. « Je vais bien. Vous savez, tout cela n’a aucun intérêt. Je voulais trouver la chose la plus vide de sens à laquelle je puisse me rendre. Et me voilà », explique-t-il en faisant référence à la Fashion Week. Interloquée, la jeune femme essaie de le relancer sur l’importance et le pouvoir des grandes figures de la mode. Mais rien n’y fait. Le comique a décidé d’aller au bout de son idée. « Je ne crois pas aux icônes et aux personnalités. Je ne crois pas que vous existiez, mais il y a un parfum merveilleux qui flotte dans l’air ».

 

La star hollywoodienne enchaîne ensuite avec un monologue fantaisiste et abracadabrant : « Je crois que la paix se trouve au delà de l’invention des cieux, au delà du ‘S’ rouge que vous portez sur votre poitrine et qui fait rebondir les balles. Je crois que c’est plus profond que ça. Je crois que nous sommes un champ d’énergie qui danse pour lui même et…je m’en fiche ». Saugrenues, lunaires, les paroles de l’américain sont incompréhensibles. Jim Carrey se met même à chanter soudainement « Get on the Good Foot » de James Brown, faisant grimacer la journaliste qui perd définitivement pied.

Lire aussi > Affaire Cathriona White : Jim Carrey accablé par la psy de la jeune femme

Je ne me suis pas bien habillé, je n’existe pas.

Dans une seconde partie, l’artiste définit le monde à sa façon. Un univers flou dont l’existence même est remise en question. Pour lui, rien n’est réel. « Il y a juste des choses qui se passent et des groupes de tétraèdres qui se déplacent ensemble » raconte-t-il alors, sur un ton vraisemblablement sérieux. Cat Sandler se risque une dernière fois à le rediriger vers une discussion plus accessible aux téléspectateurs et l’interroge sur sa tenue. Ce à quoi, il rétorque : « Je ne me suis pas bien habillé, je n’existe pas ». Le show est terminé. Jim Carrey se retire finalement sur une dernière exubérance : « Nous n’avons aucune d’importance. Voilà la bonne nouvelle ».

Un procès pesant

Tout ceci n’était sans doute qu’un sketch, mais dénote néanmoins le mal-être de l’acteur. Depuis plusieurs années, le célèbre Yes man est plongé dans une spirale infernale qui a débuté par le suicide de sa petite amie, Cathriona White en septembre 2015. Après ce drame, les proches de la jeune femme ont décidé de poursuivre en justice Jim Carrey qu’ils jugent responsable de sa mort. Un poids très lourd à porter qui ne cesse de l’écraser. Récemment, le Daily Mail a même rendu public des notes laissées par la psychologue de Cathriona White, toutes accablant sévèrement le comédien. Un procès aura lieu en avril 2018, où Jim Carrey sera jugé pour homicide par imprudence.

CIM Internet