Paris Match Belgique

Quand les stars s’agenouillent contre Donald Trump

Stevie Wonder et Pharrell Williams ont imité le geste polémique des sportifs. | © Capture d'écran Twitter

People et royauté

Après les joueurs de football noirs américains, c’est au tour des stars de poser un voire deux genoux à terre pour s’opposer aux déclarations de Donald Trump.

Donald Trump a voulu dénoncer les sportifs qui s’agenouillaient pendant l’hymne national. Résultat : il a provoqué une vague de soutiens envers les joueurs. Dimanche 24 septembre, le président américain a appelé au boycott des équipes de football américain, le sport sacré des États-Unis, dont les joueurs manquent, selon lui, de respect au pays et à son hymne. En posant un genou au sol, ils imitent le geste de l’ancien « quarterback » des San Francisco 49ers, Colin Kaepernick. Ce dernier s’était agenouillé en août 2016 pendant l’hymne américain pour protester contre les meurtres de plusieurs Noirs abattus par des policiers blancs.

« Si les fans de NFL (la ligue nationale de football, Ndlr) refusent d’aller aux matches jusqu’à ce que les joueurs arrêtent de manquer de respect à notre drapeau et notre pays, vous verrez rapidement un changement. Virez ou suspendez ! », a lancé le président sur Twitter. « La ligue devrait soutenir les États-Unis », a-t-il insisté.

En début de match, les joueurs ont répondu à Donald Trump en posant massivement le genou au sol pendant que retentissait l’hymne national. En plus de ce geste de protestation, certains ont également levé le poing vers le ciel, imitant le geste des deux athlètes afro-américains gantés de noir sur le podium des Jeux Olympiques de Mexico, en 1968, pour protester contre la ségrégation raciale, rapporte Le Figaro.

Notre pays a besoin d’un leadership qui unit, pas de davantage de division.

Ce bras de fer entre la NFL et le président a démarré vendredi avec la première attaque de Donald Trump : « Est-ce que vous n’aimeriez pas voir un de ces propriétaires (d’équipe) de NFL dire, quand quelqu’un manque de respect à notre drapeau, ‘sortez-moi ce fils de pute du terrain, il est viré, viré !’ », avait-il déclaré.

Stephen Ross, propriétaire des Miami Dolphins, a réagi en déclarant que les joueurs qui se sont agenouillés sont des « jeunes hommes intelligents avec du caractère » qui « voulaient lancer un dialogue ». « En ce moment, notre pays a besoin d’un leadership qui unit, pas de davantage de division. Nous devons chercher à nous comprendre et avoir un discours courtois plutôt que des condamnations et des petites phrases ». Le président des Patriots, Robert Kraft, s’est quant à lui dit « profondément déçu » peu avant le match de dimanche « par la tonalité des propos tenus par le président » Trump.

Effet boule de neige

Cette vague de protestation s’est étendue bien au-delà des terrains de foot. Le joueur de baseball Bruce Maxwell des Oakland Athletics, s’est agenouillé samedi soir durant l’hymne national.

 

Et même au-delà de la sphère sportive. Le geste polémique s’est également propagé chez les stars de la musique. Stevie Wonder a posé un puis deux genoux samedi soir à New York, à l’occasion du Global Citizen Festival pour soutenir la lutte contre la pauvreté dans le monde. « Ce soir, je m’agenouille pour l’Amérique, a déclaré le chanteur aveugle, âgé de 67 ans, soutenu par son fils Kwame Morris, en prière pour notre planète, notre futur et nos chefs du monde. Amen ».

Pharrell Williams l’a imité à Charlottesville, au milieu d’un concert pour la paix un mois après les manifestations racistes et violentes. « Personne ne me dit ce que je dois faire. Si je veux me mettre à genoux pour les habitants de ma ville, pour les habitants de mon État, c’est à ça que sert notre drapeau ».

Le chanteur John Legend a écrit dans Slate : « La protestation est patriotique. Elle a joué un rôle d’une importance cruciale dans l’élévation des voix les plus vulnérables de notre nation… Ils sont la définition du patriotisme… Chaque fois que quelqu’un met un genou à terre ou soulève un poing, les spectateurs doivent s’attaquer au pourquoi – avec le réalité inconfortable que notre pays marginalise quotidiennement des milliers de personnes dans des communautés appauvries ».

Enregistrer

CIM Internet