Paris Match Belgique

L’allocution télévisée du roi d’Espagne, un évènement rarissime

Le mardi 3 octobre, le roi Felipe VI s'exprime sur la Catalogne et accuse les indépendantistes à la télévision. | © AFP PHOTO / HANDOUT CASA REAL / FRANCISCO GOMEZ

People et royauté

Felipe VI a donné une allocution télévisée sur la Catalogne, mardi soir. Un évènement rarissime, la plus célèbre étant celle prononcée par son père, le roi Juan Carlos, en 1981.

Une allocution télévisée du roi d’Espagne, comme celle de Felipe VI sur la Catalogne mardi, est un évènement rarissime. La plus célèbre est celle prononcée par son père, le roi Juan Carlos, en 1981, marquant l’échec de la tentative de putsch. Le 23 février 1981, 200 gardes civils menés par le lieutenant-colonel Antonio Tejero font irruption dans l’hémicycle de la chambre des députés à Madrid, prenant en otages les élus, cinq ans à peine après la fin de la dictature de Franco.

Lire aussi > 5 choses que vous ignoriez (peut-être) sur la Catalogne

Le 24 février vers 01H00 du matin le roi Juan Carlos, 43 ans, s’exprime à la télévision dans un court discours solennel, revêtant l’uniforme de chef des armées. « Au moment de m’adresser à tous les Espagnols, avec brièveté et concision étant données les circonstances extraordinaires que nous sommes en train de vivre, je demande à tous la plus grande sérénité et la confiance (…) ». « J’ai ordonné aux autorités civiles et aux chefs d’État-major qu’ils prennent toutes les mesures qui s’imposent pour maintenir l’ordre constitutionnel (…) ».

Lire aussi > En Catalogne, la victoire dans la répression

Le 24 février vers 01H00 du matin le roi Juan Carlos, 43 ans, s’exprime à la télévision dans un court discours solennel. DR

Il fit plus pour la monarchie que nul autre avant lui.

« La couronne, symbole de la permanence et de l’unité de la patrie, ne saurait tolérer, en aucune façon, des actions ou des attitudes de personnes qui prétendraient interrompre par la force le processus démocratique que la Constitution votée par le peuple espagnol a fixé en son temps au moyen d’un référendum », souligne-t-il. Après plusieurs heures de confusion, cette allocution a apaisé un pays qui se demandait dans quel camp se rangerait la Couronne et si le pays aller repasser sous le joug des militaires.

« La télévision a eu son importance, mais à cette heure-là le roi avait déjà pris le contrôle de la situation », a déclaré son épouse, la reine Sofía, à la journaliste Pilar Urbano dans son livre La reina. Juan Carlos a en effet passé la nuit à téléphoner aux militaires afin de les adjurer de renoncer à se joindre au soulèvement, aidé par son secrétaire Sabino Fernandez Campos. Témoin de cette nuit, le prince Felipe, alors âgé de treize ans, que son père a appelé à ses côtés pour lui apprendre le métier de roi. « Le roi avait déjà acquis une légitimité juridique grâce à la Constitution de 1978, mais ce soir-là, il a acquis sa légitimité sociale », a relevé le président de la chambre des députés José Bono en 2011. « Il fit plus pour la monarchie que nul autre avant lui », a estimé celui qui était alors jeune député.

Lire aussi > Quand le débat sur l’indépendance en Catalogne ravive les tensions communautaires en Belgique

Felipe VI accuse les indépendantistes

Alors que l’Espagne vit sa crise politique la plus grave depuis l’allocution de son père, le roi d’Espagne Felipe VI a accusé mardi les dirigeants indépendantistes de la Catalogne de s’être mis « en marge du droit et de la démocratie », annonçant que l’État devait « assurer l’ordre constitutionnel ». « Ces autorités, d’une manière claire et catégorique, se sont situées totalement en marge du droit et de la démocratie », a déclaré Felipe VI lors d’une rare allocution télévisée, deux jours après la tenue d’un référendum d’autodétermination interdit en Catalogne dont la finalité est selon lui « de proclamer illégalement l’indépendance ».

« Avec leur conduite irresponsable, ils peuvent même mettre en danger la stabilité économique et sociale de la Catalogne et de toute l’Espagne », a ajouté le roi dans un discours d’une fermeté sans précédent. Face à cela, « c’est la responsabilité des pouvoirs légitimes de l’État d’assurer l’ordre constitutionnel et le fonctionnement normal des institutions, le respect de l’Etat de droit et l’autonomie de la Catalogne », a déclaré Felipe VI, sur le trône depuis 2014.

CIM Internet