Paris Match Belgique

Dans les cuisines de Buckingham Palace, c’est tout sauf la vie de château

Les conditions de travail sont rudes au Palais Royal | © Belga / EPA/John Stillwell UK AND IRELAND OUT

People et royauté

Ce n’est plus une révolte, c’est une révolution. Une quinzaine d’employés des cuisines de Buckingham ont démissionné ces dernières semaines, d’après The Sun.

Selon le quotidien britannique, le personnel se serait plaint d’avoir à travailler dans plusieurs résidences royales sans pour autant recevoir de rémunération supplémentaire, ainsi que du manque de jours de récupération. Une quarantaine de personnes travaillent normalement à Buckingham sous les ordres du cuisinier en chef Mark Flanagan, mais aujourd’hui, « le service est en pleine tourmente et l’atmosphère ne cesse de s’alourdir », selon la source du Sun au sein de l’administration royale.

Horaires (trop) flexibles

L’informateur détaille ainsi :

Parce que la reine vit maintenant au château de Windsor la plupart du temps, les chefs doivent souvent s’y rendre, puis revenir à Buckingham Palace. Ensuite, le Prince Charles s’appuie sur ce personnel pour ses réceptions. Enfin, ils sont aussi invités à donner un coup de main à Kensington Palace pour William, Kate et Harry, ainsi que pour les dîners au St James’s Palace.

Lire aussi > Meghan Markle, une autre définition (salutaire) de la princesse

Les gens travaillent toutes les heures que Dieu fait, sans rémunération supplémentaire. Personne ne prend de congé, ni ne voit sa famille. C’en est trop. Ils en ont conclu que ça n’en valait plus la peine

poursuit la source du Sun, qui explique que sept cuisiniers ont démissionné, et autant de commis. Et d’ajouter que « certains sont très expérimentés et ne seront pas faciles à remplacer ». Une porte-parole du Palais a réfuté l’idée d’une démission en masse, arguant que la durée moyenne de passage dans le service était de sept ans, et qu’il n’y avait « pas de changement dans la rotation normale du personnel des cuisines royales ».

Lire également > Confessions royales : William et Harry disent tout sur leur mère

La reine, qui n’aime ni le changement ni le désordre, n’a pas dû apprécier de trouver sa maison dans un tel état, à son retour de vacances en Écosse, la semaine passée. D’autant que ces troubles dans l’organisation surviennent peu après un grand bouleversement dans la direction du palais. Au coeur de l’été, le secrétaire privé de la reine, Sir Christopher Geidt, a quitté son poste après dix ans passé au service de Sa Majesté. Selon plusieurs titres de la presse britannique, le bras droit d’Elizabeth II -dont le départ a été suivi par celui de son adjointe- n’a pas démissionné, mais a été poussé vers la sortie au terme d’une lutte de pouvoir entre ses services et ceux du prince Charles.

 

CIM Internet