Paris Match Belgique

Chris Hemsworth : « Je ne dirai pas que mon physique ne m’a pas aidé »

Chris Hemsworth au Comic Con en 2017. | © Flickr, Gage Skidmore

People et royauté

L’acteur australien renoue avec le personnage de Thor dans  Ragnarok, troisième épisode de la saga Marvel. Mais Chris Hemsworth ne veut pas se contenter d’incarner les superhéros.

Le physique de l’emploi… « Je mentirais si je vous disais que mon physique ne m’a pas aidé », sourit Chris Hemsworth. Face à lui, la chose devient évidente, avec son mètre quatre-vingt-dix et sa carrure en armoire à glace. Hemsworth en impose avec cette voix grave, mais il semble aussi en appréhender les limites. « Je suis avant tout un acteur qui a envie de multiplier les expériences », renchérit le beau gosse qui n’a pas hésité à se faire dominer par un gang d’actrices dans SOS fantômes ou même toucher à tout autre chose dans Rush en 2013, où il incarnait le pilote automobile James Hunt face à son rival de toujours, Niki Lauda.

Je suis avant tout un acteur qui a envie de multiplier les expériences

« C’était un vrai défi et beaucoup d’angoisse car je devais disparaître derrière cette icône de la formule 1. C’est de loin mon meilleur souvenir de tournage », continue Hemsworth, qui a retrouvé le réalisateur Ron Howard en 2015 pour Au coeur de l’océan, une variante sur la légende de Moby Dick. Des pauses bienvenues au milieu de ses engagements Marvel à qui il doit encore trois films. il refuse de parler de l’après mais il avance ses pions : « Je vais créer ma propre société de production pour développer des sujets et, qui sait, passer derrière la caméra… J’ai beaucoup regardé mes metteurs en scène travailler, parfois je me disais que j’aurai pris d’autres décisions ! »

Lire aussi > Superman contre les suprémacistes blancs

De la suite dans les idées… A 34 ans, Chris Hemsworth s’est fait une place de choix à Hollywood en un temps record. Après avoir tourné dans quelques séries en Australie, sa terre natale, et figuré au générique du Danse avec les stars local, il arrive aux États-Unis en 2008 et se fait remarquer en jouant le père du capitaine Kirk dans le Star Trek de J.J. Abrams. Moins de deux ans plus tard, Disney et Marvel le choisissent pour incarner Thor. Un succès qui va faire de lui le spécialiste des suites. Il compte déjà cinq films Marvel (trois épisodes de Thor et deux d’Avengers) mais aussi deux volets de Blanche-Neige et le chasseur aux côtés de Charlize Theron. sans compter le remake de SOS fantômes l’année dernière et en attendant deux autres volets en 2018 de Star Trek et Avengers.

Dans la famille Hemsworth, je demande… Si les parents Hemsworth ne sont pas dans le cinéma (sa mère est professeure et son père travailleur social), ses deux frères ont embrassé une carrière identique à Hollywood, où il devient parfois difficile de faire la différence dans le clan Hemsworth. Liam, le benjamin, était ainsi à l’affiche de la saga Hunger Games et d’Independence Day : résurgence. quant à Luke, l’aîné, il est apparu dans plusieurs séries TV dont Westworld. Ils n’hésitent d’ailleurs pas à se provoquer les uns les autres sur les réseaux sociaux au sujet de la carrière de l’un ou la petite amie de l’autre.

Lire aussi > Un petit garçon postule comme « gardien de la galaxie » et reçoit une réponse de la Nasa

Sydney plutôt que Disney Il a quitté Los Angeles il y a quelques années pour venir se réinstaller chez lui, en Australie. « Là-bas, j’avais du mal à ne pas me sentir constamment au travail. Sans parler des paparazzis auxquels je ne voulais pas exposer mes trois enfants ». Il réside donc désormais dans une petite ville de l’Ouest australien avec sa femme, l’actrice espagnole Elsa Pataky  Fast and Furious). « Je vis près d’une plage, entouré de chevaux. Et lorsque je rentre du boulot, je peux avoir une vie normale », explique-t-il. Hemsworth voulait-il aussi se venger du dernier épisode d’Avengers où il jouait les faire-valoir ? Il sourit et répond entre les lignes. « Je pense que Thor avait besoin de nouveauté. C’est pour cela que j’ai poussé à ce que le film soit tourné en Australie, et pas dans l’usine à superhéros de Marvel à Atlanta. tout cela a aidé à faire un film différent, avec une autre ambiance. et puis j’ai pu jouer face à Cate Blanchett et, rien que pour ça, le jeu en valait la chandelle ».

Je vis près d’une plage, entouré de chevaux. Lorsque je rentre du boulot, je peux avoir une vie normale

Si je n’avais plus de marteau… Etre un superhéros, c’est bien. Mais le jouer encore et encore sans sourciller, très peu pour Chris Hemsworth : « C’est la cinquième fois que je reprends ce rôle et je ne me voyais pas faire encore une fois la même chose. Je voyais les limites du personnage. Alors, avec Marvel, nous nous sommes entendus pour tout remettre à plat. un retour aux fondamentaux de la bande dessinée, plus de marteau et plus de cheveux longs ! » Au final, le film penche davantage vers le burlesque, la comédie et l’hommage assumé et joyeusement kitsch à Flash Gordon. Sans oublier un déluge d’effets spéciaux et des personnages taillés dans la démesure.

CIM Internet